Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Liban - Présentation





1. Derniers développements au Conseil de sécurité Retour à la table des matières


- Le 20 mai 2014, le Conseil de sécurité s’est réuni en séance plénière sur la situation au Moyen Orient, notamment l’état du processus de paix au Moyen-Orient, en présence de M. Oscar Fernandez Taranco, Sous-secrétaire général aux affaires politiques.

M. Taranco a rappelé l’importance de la tenue d’élections présidentielles selon le calendrier prévu. Éviter tout vide à la tête de l’État était essentiel pour la stabilité du pays.

Lors des consultations privées qui ont suivi, le Représentant permanent de la France a insisté sur la nécessité pour la communauté internationale de soutenir le Liban dans les domaines politique, économique et humanitaire, de même que les forces armées libanaises, notamment dans le cadre du Groupe international de soutien (GIS). Enfin, il était essentiel que les élections présidentielles se déroulent avant le 25 mai, sans ingérence et dans les respects des procédures et de la constitution.

- Le 6 mai 2014, les membres du Conseil de sécurité se sont réunis lors de consultations privées pour entendre M. Rod-Larsen, Envoyé spécial chargé de la mise en œuvre de la résolution 1559, sur la mise en œuvre de cette dernière.

Le Représentant permanent de la France a souligné la nécessité pour le Conseil de préserver la stabilité, la souveraineté et l’intégrité territoriale du Liban et d’encourager la dynamique de relance des institutions (tenue d’élections présidentielles selon le calendrier prévu, soutien à la politique de dissociation et au Groupe international de soutien pour le Liban) afin d’aider le Liban à faire face à des défis de plus en plus liés au conflit syrien. Le Liban accueillait plus d’un million de réfugiés syriens, les forces armées syriennes continuaient de violer la souveraineté libanaise et l’implication du Hezbollah ne faisait qu’attiser les tensions confessionnelles et les risques d’attentats. Dans ce contexte tendu, la question du désarmement de toutes les milices restait centrale.

- Le 29 avril 2014, le Conseil de sécurité s’est réuni en séance plénière sur la situation au Moyen Orient, notamment l’état du processus de paix au Moyen-Orient, en présence de M. Robert Serry, Coordonnateur spécial pour le Processus de paix au Moyen-Orient, M. Riyad Mansour, Observateur permanent de la Palestine auprès des Nations Unies, et M. Ron Prosor, Représentant Permanent de la Palestine.

Le Représentant permanent de la France a exprimé tout son soutien au Liban qui accueillait plus d’un million de réfugiés syriens, souffrant d’une crise humanitaire de grande ampleur. Il a par ailleurs salué l’investiture du gouvernement national par le parlement, la reprise de l’activité législative du Parlement ainsi que la réunion du groupe international de soutien pour le Liban à Paris le 5 mars. Il était crucial que le Conseil réitère son soutien à la stabilité, la souveraineté et l’intégrité territoriale du Liban en appelant à des élections présidentielles selon le calendrier prévu, en soutenant la politique de dissociation lancée par le Président Sleiman et en appelant la communauté internationale à se mobiliser aux côtés du Liban pour l’aider à faire face aux défis humanitaire, économique, sécuritaire et politique.

- Le 25 mars 2014, les membres du Conseil de sécurité se sont réunis lors de consultations privées pour entendre M. Derek Plumby, Coordinateur spécial pour le Liban, et M. Edmond Mulet, Secrétaire général adjoint du Département des opérations de maintien de la paix, sur la mise en œuvre de la résolution 1701.

Le Représentant permanent de la France a déploré la fragilité de la situation au Liban. Progresser dans la mise en œuvre de la résolution 1701 était d’autant plus important que la pression du conflit syrien sur le Liban s’était encore accrue, avec la multiplication des violations de la souveraineté libanaise, l’afflux de réfugiés syriens, la recrudescence des attentats terroristes, ainsi que la participation active du Hezbollah dans la crise syrienne. Il était crucial que le Conseil réitère son soutien au pays, notamment en encourageant les Libanais à continuer de travailler dans l’esprit de « consensus » qui avait permis la formation d’un nouveau gouvernement. Il était également crucial pour la stabilité du pays que les élections présidentielles et législatives se déroulent selon le calendrier prévu.

- Le 18 mars 2014, le Conseil de sécurité s’est réuni en séance plénière sur la situation au Moyen Orient en présence de M. Jeffrey Feltman, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques.

M. Feltman a appelé toutes les parties à continuer à travailler ensemble pour résoudre les problèmes sur le plan sécuritaire et humanitaire. Le Liban subissait l’impact du conflit syrien avec près d’un million de réfugiés syriens sur son territoire.

Lors des consultations à huis-clos qui ont suivi, le représentant permanent de la France a déploré la poursuite des actes terroristes et les atteintes à la paix civile au Liban. Il a salué la réaffirmation par la communauté internationale, lors de la réunion du groupe international de soutien au Liban à Paris en mars, de son plein appui au Liban et à la politique de dissociation. Il s’est enfin félicité de la constitution du gouvernement de Tammam Salam.

- Le 15 février 2014, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse dans laquelle il salue la formation du nouveau Gouvernement libanais constitué.

- Le 1er février 2014, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse condamnant l’attentat terroriste commis à Hermel et qui a fait au moins quatre morts et des dizaines de blessés.

- Le 21 janvier 2014, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse condamnant l’attentat terroriste perpétré dans le sud de Beyrouth et qui a fait au moins quatre morts et plusieurs dizaines de blessés.

- Le 20 janvier 2014, lors du débat public du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, la situation au Liban a inquiété l’ensemble des participants au débat. Le représentant français a soutenu la détermination des autorités libanaises à se préserver des retombées des conflits dans la région.

- Le 16 janvier 2014, le Conseil de sécurité a adopté deux déclaration à la presse, l’une condamnant l’attentat terroriste perpétré à Hermel qui a fait cinq morts et des dizaines de blessés, l’autre se félicitant du procès qui s’est ouvert au Tribunal spécial pour le Liban, près de neuf ans après l’odieux attentat terroriste qui a tué l’ancien Premier Ministre Rafic Hariri et 21 autres personnes.

- Le 2 janvier 2014, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse condamnant l’attentat terroriste perpétré dans le sud de Beyrouth, qui a fait au moins cinq morts et des dizaines de blessés.

- Le 27 décembre 2013, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse condamnant l’attentat terroriste perpétré dans le centre-ville de Beyrouth, qui a entraîné la mort de M. Mohammed Chatah, ancien Ministre libanais, et d’au moins quatre autres personnes, et fait de nombreux blessés, notamment parmi les civils.

- Le 16 décembre 2013, le Conseil de sécurité a adopté une déclaration à la presse dans laquelle il a déploré la mort par balle d’un soldat des Forces de défense israéliennes, tué par un soldat de l’armée libanaise le 15 décembre à proximité de la Ligne bleue, à Naqoura. Ils ont exhorté toutes les parties à conserver leur calme et à faire preuve de retenue.

-  Retrouvez la chronologie complète du dossier


Des casques bleus français de la FINUL patrouillent à Bint Jbeil - 22 juin 2007- UN Photo


2. Contexte Retour à la table des matières

- La France entretient traditionnellement avec le Liban des relations privilégiées. Son action correspond à un engagement global qui s’exprime tant par un soutien politique que par une forte coopération économique et culturelle.

"La France demeure pleinement engagée en faveur du renforcement de l’unité, de l’indépendance, de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de la stabilité du pays conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, en particulier la résolution 1701", comme l’a rappelé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères à la suite des élections législatives du 7 juin 2009.

- Cet engagement s’illustre notamment par la participation française à la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). La FINUL a été établie par les résolutions 425 et 426 du Conseil de sécurité. Elle a été déployée en 1978.

La FINUL a vu son mandat et ses effectifs renforcés et étendus par la résolution 1701, adoptée le 11 août 2006. Celle-ci a permis de mettre un terme au conflit de l’été 2006 entre Israël et les forces du Hezbollah au Liban et a fixé les paramètres d’un cessez-le-feu durable. La FINUL joue, dans ce cadre, un rôle essentiel en soutien à l’armée libanaise.

La mission principale de la Force est de contrôler la cessation des hostilités et le respect de la Ligne bleue et d’apporter une assistance au déploiement des forces armées libanaises (FAL) dans le sud du pays (effectif depuis l’automne 2006) et au rétablissement de l’autorité de ces dernières dans cette zone.

La FINUL a été transformée en une présence militaire renforcée avec un plafond de 15 000 personnels. Elle compte près de 11 400 personnels (décembre 2013). La France, avec environ 900 personnels, fait partie des contributeurs les plus importants derrière l’Indonésie (1 200 hommes) et l’Italie (1 100 hommes).

La résolution 2115 votée le 29 août 2013 a renouvelé le mandat de la FINUL jusqu’au 31 août 2014.

- Une autre opération de maintien de la paix est déployée dans la région : la Force des Nations Unies chargée d’observer le dégagement (FNUOD) sur le plateau du Golan. Le Golan a été conquis par Israël en 1967 contre la Syrie. La FNUOD a été créée en 1974 pour surveiller le cessez-le-feu demandé par le Conseil de sécurité à la suite de la guerre israélo-arabe de 1973. La force compte environ un millier de soldats. Le mandat de la FNUOD est renouvelé tous les six mois par une résolution du Conseil de sécurité, dont le texte est inchangé depuis de nombreuses années, et qui appelle les parties à " appliquer immédiatement la résolution 338 " de 1973.

- La résolution 1757 (2007) a créé le Tribunal spécial pour le Liban chargé de poursuivre les personnes responsables de l’attentat du 14 février 2005 qui a entraîné la mort de l’ancien Premier Ministre libanais Rafic Hariri. La France s’est félicitée du commencement des travaux du tribunal, intervenu le 1er mars 2009. Aux termes de la résolution, l’état d’avancement des travaux du Tribunal spécial fera l’objet d’un examen dans les trois ans suivant sa mise en place (soit avant mars 2012), en consultation avec le Conseil de sécurité, en vue d’une prolongation, si nécessaire, de ses activités.

La France a versé au budget du Tribunal spécial pour le Liban, au titre de 2013, une contribution de 1,5 million d’euros. Cela porte le montant total du soutien financier français, depuis la création du tribunal, à plus de 7 millions d’euros.


- Dans sa résolution 1559, le Conseil de sécurité demande que soient "strictement respectées la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’unité et l’indépendance politique du Liban, placé sous l’autorité exclusive du Gouvernement libanais s’exerçant sur l’ensemble du territoire libanais". Il "demande instamment à toutes les forces étrangères qui y sont encore de se retirer du Liban" et "demande que toutes les milices libanaises et non libanaises soient dissoutes et désarmées".

La résolution 1559 a été réaffirmée par la résolution 1680 (mai 2006). Celle-ci invite la Syrie à aider le Liban à délimiter ses frontières et à établir avec ce pays des relations diplomatiques complètes. Elle rappelle également la nécessité de mener à bien le désarmement des milices présentes au Liban et demande l’arrêt des trafics d’armes.

- La situation au Liban est fréquemment évoquée au Conseil de sécurité :

— La question du Proche-Orient fait l’objet de débats publics trimestriels au Conseil de sécurité, ainsi que de consultations mensuelles, durant lesquels sont également évoquées les questions relatives au Liban (voir fiche sur Israël / territoires palestiniens).

— La mise en œuvre de la résolution 1701 fait l’objet tous les quatre mois d’un rapport du Secrétaire général qui est examiné en consultations privées par le Conseil de sécurité.

— La mise en œuvre de la résolution 1559 fait l’objet d’un rapport semestriel du Secrétaire général qui est examiné en consultations privées par le Conseil de sécurité.

— Le Conseil peut également être amené à examiner la question du Liban si la situation sur le terrain l’exige.

- Le Liban a été, du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2011, membre du Conseil de sécurité.


Arrivée du contingent français de la FINUL à Naqoura (Sud Liban) - Août 2006 - Crédits photo : UN photo / Mark Garten


(Mai 2014)

3. Dernières déclarations de la France à New York Retour à la table des matières

-  Retrouvez toutes les déclarations de la France à New York sur ce dossier


- Retrouvez toutes les déclarations de la France au Conseil de sécurité sous le point d’ordre du jour "la situation au Proche Orient" dans notre dossier Israël - Territoires palestiniens



4. Textes de référence Retour à la table des matières

- 15 février 2014 - Conseil de sécurité - déclaration à la presse - formation du nouveau Gouvernement libanais

- 1er février 2014 - Conseil de sécurité - Déclaration à la presse - attentat terroriste à Hermel

- 21 janvier 2014 - Conseil de sécurité - Déclaration à la presse - attentat terroriste dans le sud de Beyrouth

- 16 janvier 2014 - Conseil de sécurité - Déclaration à la presse - attentat terroriste à Hermel

- 16 janvier 2014 - Conseil de sécurité - Déclaration à la presse - ouverture du procès au Tribunal spécial pour le Liban

- 2 janvier 2014 - Conseil de sécurité - Déclaration à la presse - attentat terroriste dans le sud de Beyrouth

- 27 décembre 2013 - Conseil de sécurité - déclaration à la presse - Attentat terroriste perpétré dans le centre-ville de Beyrouth

- 16 décembre 2013 - Conseil de sécurité - Déclaration à la presse - Soldat des Forces de défense israéliennes tué par un soldat de l’armée libanaise

- 26 novembre 2013 - Conseil de sécurité - Déclaration à la presse

- 19 novembre 2013 - Conseil de sécurité - Déclaration à la presse sur les attentats terroristes au Liban

- 29 août 2013 - Conseil de sécurité - Résolution 2115 renouvelant le mandat de la FINUL jusqu’au 31 août 2014

- 15 août 2013 - Conseil de sécurité - Déclaration à la presse - Attaque terroriste q dans le sud de Beyrouth

- 10 juillet 2013 - Déclaration à la presse du Conseil de sécurité

- 10 juillet 2013 - Déclaration présidentielle du Conseil de sécurité

- 14 mars 2013 - Déclaration à la presse du Conseil de sécurité

- 19 octobre 2012 - Déclaration à la presse du Conseil de sécurité - condamnant un attentat terroriste à Beyrouth

- 30 août 2012 - Résolution 2064, renouvelant pour un an le mandat de la FINUL.

- 30 août 2011 - Résolution 2004 - renouvelant le mandat de la FINUL jusqu’au 31 août 2012

- 30 août 2010 - Résolution 1937

- 27 août 2009 - Résolution 1884 (2009) - renouvelant le mandat de la FINUL jusqu’au 31 août 2010

- 25 février 2009 - 2009 doit être l’année de la paix au Liban, par Bernard Kouchner et Franco Frattini

- 30 mai 2007 - Résolution 1757 (2007)

- 11 août 2006 - Résolution 1701 (2006)

- 17 mai 2006 - Résolution 1680 (2006)

- 2 septembre 2004 - Résolution 1559 (2004)

5. Liens utiles Retour à la table des matières



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU