Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

11 août 2009 - Condamnation de l’opposante birmane Aung San Suu Kyi : Communiqué de Bernard Kouchner

La France condamne avec la plus grande fermeté le verdict inique du procès d’Aung San Suu Kyi.

Aung San Suu Kyi, dont la vie et l’action n’ont visé qu’à exprimer l’aspiration du peuple birman à la démocratie, a été privée de liberté pendant près de 14 des 20 dernières années. Cette décision qui prolonge sa détention va à l’encontre des demandes de la communauté internationale, exprimées notamment par le Conseil de sécurité des Nations unies, et encore récemment, en Birmanie même, par le Secrétaire général des Nations unies.

La France et l’Union européenne ne laisseront pas se poursuivre cette injustice, ni les graves violations des droits de l’Homme, sans réagir. Je souhaite que l’Union européenne tire toutes les conséquences de cette condamnation. La France appelle à des mesures nouvelles de sanctions visant les dirigeants de la junte et épargnant la population civile, que nous devons continuer à protéger et à aider.

Je soutiens fortement l’adoption de mesures qui respectent cette exigence, parmi lesquelles l’interdiction de visa pour les principaux responsables du régime et de la condamnation d’Aung San Suu Kyi, un embargo sur les armes à destination de la Birmanie et un mécanisme robuste de traçabilité des rubis et du bois.

La France reste plus que jamais mobilisée, en concertation avec ses partenaires au sein des instances internationales et européennes compétentes, pour rappeler avec force à la junte birmane son exigence d’une libération immédiate du Prix Nobel de la Paix comme de l’ensemble des prisonniers politiques birmans.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU