Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

3 mai - Journée Mondiale de le Liberté de la Presse

(Paris, le 3 mai 2012)


Déclaration de M. Alain Juppé, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes


En cette journée mondiale de la liberté de la presse, je pense en premier lieu à Lucas Deloga, Gilles Jacquier et Rémi Ochlik, journalistes et photographes français morts au cours des derniers mois en reportage en Tunisie et en Syrie, ainsi qu’à leur famille et à leurs proches. J’ai souhaité que le ministère des Affaires étrangères et européennes leur rende hommage en présentant leurs photos les plus emblématiques des Printemps arabes et de leurs aspirations démocratiques sur le site France diplomatie.

Cette journée est aussi l’occasion pour moi de rappeler la forte mobilisation de la France, à Paris et à Bogota, pour obtenir la libération de Roméo Langlois de France 24, retenu en Colombie depuis samedi.

L’an passé, selon les chiffres de Reporters Sans Frontières, ce sont près de 66 journalistes qui ont été tués, tandis qu’un millier d’entre eux étaient arrêtés et emprisonnés.

Je veux rendre hommage à tous ces journalistes qui payent de leur vie ou de leur liberté l’exercice d’un métier souvent dangereux, au service de la recherche de la vérité, dans des pays déchirés par des conflits violents ou tenus par des dictateurs.

Il nous faut saluer le courage de tous ceux qui, partout dans le monde, défendent au péril de leur vie ce droit fondamental qu’est la liberté de la presse et la liberté d’expression, alors que les atteintes à ce droit, universel, essentiel, persistent dans de nombreux pays.

Le libre exercice du métier de journaliste constitue une priorité dans notre politique de défense des droits de l’Homme. Chacun voit en effet que le premier réflexe des ennemis de la liberté, c’est de bâillonner la presse, que les premiers alliés des combattants pour la liberté, ce sont des medias libres. La France est à cet égard particulièrement vigilante pour la liberté du cyber espace.

***


Evénement au siège de l’ONU à New York
Déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes


A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, je vous signale la conférence débat sur la protection des journalistes dans les conflits armés, que la France organise au siège de l’Organisation des Nations unies à New York, en partenariat avec la Grèce et l’Unesco.

M. Andrei Netto, correspondant à Paris du quotidien brésilen O Estado de São Paulo, arrêté et détenu en Libye en février 2011 par une milice loyale au colonel Khadafi, témoignera de son expérience, ainsi que Carolyn Cole, photographe au Los Angeles Times, et Adrees Latif (Pakistan), prix Pulitzer, photographe de l’agence Reuters.

De nombreuses personnalités du monde des ONG, notamment du Committee to Protect Journalists et du CICR ainsi que des agences humanitaires de l’ONU apporteront leur expertise.




Pour en savoir sur la protection des journalistes dans les conflits armés.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU