Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

30 novembre 2005 - Côte d’Ivoire : Entretien de M. Jean-Marc de La Sablière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, avec BBC Afrique

Le Conseil de sécurité a dit qu’il était maintenant urgent que la nomination d’un Premier ministre intervienne dans les plus brefs délais. Cette nomination est absolument indispensable pour la relance du processus de paix qui doit conduire à l’organisation des élections. Je rappelle que ces élections doivent avoir lieu avant le 31 octobre 2006.

Le Conseil de sécurité a dit que ce Premier ministre devait être nommé le plus tôt possible. Il a également re-souligné qu’il devait disposer de tous les pouvoirs et ressources nécessaires qui ont été décrits dans la Résolution 1633.

Comme vous le savez des consultations sont menées actuellement par le Président Obasanjo, le Président Mbeki, le Président Tandja. Le Conseil a dit qu’il fallait que ces efforts soient maintenant absolument accélérés. Voilà en ce qui concerne la nomination du Premier ministre.

J’ajoute que le Conseil de sécurité a apporté son plein soutien au groupe de travail international et endossé le communiqué du GTI du 8 novembre 2005. De même le Conseil de sécurité a encouragé les parties ivoiriennes à coopérer pleinement avec le Représentant pour les élections en vue de résoudre le différend actuel relatif à la commission électorale indépendante.

Le Conseil de sécurité a dit très fermement qu’il apportait son plein soutien à toute décision que le représentant pourrait prendre en vue de faire avancer le processus électoral.

Q : Comment expliquez-vous l’impasse actuelle ?

Nous souhaitons vivement que les parties ivoiriennes parviennent à s’entendre sur un Premier ministre acceptable. C’est ce qui figure dans la décision de l’Union Africaine du début octobre qui a été endossée par le Conseil de Sécurité.

Des efforts ont été faits, ils n’ont pas abouti. Nous disons maintenant qu’il faut accélérer ces efforts, qu’il faut que cela aboutisse. Il est nécessaire qu’il y ait un Premier ministre. Pour le bien de la Côte d’ivoire, pour le bien du peuple ivoirien il faut que ces élections aient lieu, et pour cela il faut maintenant nommer un Premier ministre. C’est cela que le Conseil de sécurité demande.

J’ajoute enfin que le Conseil de sécurité a réaffirmé sa disposition, en consultation avec l’Union Africaine, si nécessaire, à imposer des mesures individuelles.

Q : Vous voulez dire des sanctions ?

On peut les appeler comme cela./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU