Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

29 avril 2005 - Liban : Remarques à la presse de M. Jean-Marc de la Sablière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

(Traduction libre)

Je peux vous dire quelques mots sur la mise en oeuvre de la résolution 1559 et sur le rapport du Secrétaire général, un rapport très précis et objectif.

De nombreux événements se sont déroulés depuis l’adoption de la résolution 1559. Je dirais que les exigences de la résolution 1559 n’ont pas encore toutes été remplies. Néanmoins, des progrès sensibles ont été accomplis dans la mise en oeuvre d’un certain nombre de ses dispositions.

En ce qui concerne le retrait des troupes étrangères, nous avons pris note de l’annonce officielle de la Syrie qui dit avoir achevé le retrait complet de ses troupes du Liban, y compris des services de renseignement. Comme vous le savez, le Secrétaire général a envoyé une équipe technique chargée de vérifier que le retrait est bien total et complet. Nous attendons son rapport.

S’il se confirmait, le retrait des forces syriennes y compris des services de renseignement, constituerait une étape très importante de la restauration de la souveraineté libanaise et de son indépendance politique, ce qui est le but ultime du Conseil de Sécurité. Mais nous n’en sommes pas encore là, ce retrait doit être vérifié et d’autres clauses de la résolution 1559, qui ne sont pas encore entrées en application, doivent être respectées.

Concernant les élections. Comme cela est indiqué dans le rapport du Secrétaire général, il est dans l’intérêt du Liban que les élections se tiennent dans les délais prévus. Les récentes décisions du nouveau gouvernement libanais sur ce sujet nous paraissent encourageantes. Il est également important que ces élections soient libres, crédibles et soient suivies par des observateurs indépendants. Je suis certain que les Nations unies et la communauté internationale se tiendront prêtes pour répondre favorablement à une telle requête du gouvernement libanais.

Le Conseil de Sécurité pense-t-il que le gouvernement libanais sera en mesure de désarmer le Hezbollah ?

Le rapport indique qu’il s’agit là d’une clause de la résolution 1559 pour laquelle aucun progrès n’a été observe. Et nous voulons la pleine mise en oeuvre de la résolution 1559.

Cette question devrait faire l’objet d’un approche graduelle et pragmatique et faire partie du dialogue inter-libanais.

Si je vous comprends bien, vous dîtes que les membres du Conseil de Sécurité, la France et les Etats-Unis par exemple, ne devraient pas pousser le Hezbollah à désarmer ?

Ce que je dis, et nous l’avons toujours dit, c’est que la résolution 1559 doit être mise en oeuvre étape par étape.

Le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1559 et nous voulons qu’elle soit pleinement appliquée. Cette résolution comprend des éléments sur le retrait des forces étrangères, des éléments sur l’indépendance et la souveraineté du Liban, d’autres sur les élections, le désarmement des milices, l’exercice de l’autorité gouvernementale sur l’ensemble du territoire. Cette question est également très importante et nous voulons que cette partie soit appliquée. Mais par étapes, avec pragmatisme et dans le cadre du dialogue inter-libanais.

Quelle sera la prochaine étape ?

Aujourd’hui, nous avons entendu M. Roed Larsen et nous avons parlé du rapport. La France, les Etats-Unis et le Royaume Uni ont fait circuler des éléments sur un texte qui sera discuté la semaine prochaine et qui, nous l’espérons, pourra être adopté dès la semaine prochaine.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU