Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

2 mai 2008 - Birmanie/Myanmar : Déclaration à la presse de l’ambassadeur Ripert

Réaction de l’ambassadeur suite à l’adoption d’une déclaration présidentielle sur le Myanmar par le Conseil de Sécurité

2 Mai 2008

" Nous sommes très satisfaits et très heureux que le Conseil de sécurité ait pu adopter une déclaration présidentielle, parce que cela veut dire et souligne le consensus qui existe au sein du Conseil, l’accord entre l’ensemble des Etats membres du Conseil, pour soutenir le Secrétaire Général et pour soutenir son envoyé spécial M. Gambari.

Ce qui est important dans la déclaration que nous avons adoptée, c’est que nous prenons au mot le gouvernement et les autorités birmanes, en disant : vous nous avez indiqué vouloir tenir un référendum et des élections libres et équitables, nous allons en juger.

Nous établissons un certain nombre de critères en disant : il faut que le processus soit inclusif, il faut qu’il y ait le respect de l’ensemble des libertés politiques fondamentales, il faut que tous les acteurs politiques - tous les acteurs politiques-, participent librement au processus politique électoral, et nous rappelons nos préoccupations précédentes à cet égard.

Et donc de manière distincte du voyage de M. Gambari, nous adoptons une ligne que nous établissons clairement, et nous pensons que c’est correct et honnête vis-à-vis du gouvernement birman, puisque nous disons à l’avance sur quels critères nous jugerons du caractère libre et équitable. Mais en même temps, nous leur donnons une chance de le faire en les prenant au mot, donc il n’y a pas de suspicion, il y a un message qui consiste à leur dire : nous vous avons entendu, démontrez-nous dans les actes que vous allez faire ce que vous avez dit que vous feriez. "

Statement to the press of Ambassador Ripert

before consultations on the situation in Myanmar, May 2

You are going to discuss the PRST on Myanmar in other matters ?

We try to get a text. We are very much in favour of adopting a PRST or any other text, the form does not matter.

What is important is to address a signal to the authorities in Burma just before the referendum, that there are some criteria to be met if we want the result of the referendum to be satisfactory. If they do not release political prisoners, if Aung San Suu Syi is not free to participate to the election, if there is no freedom of expression for the political parties, if there is no way to campaign, if there is no independent observation of the referendum, then the referendum can certainly not be qualified as free and fair as they claimed it would be.

So we just want to take them by their words and to set the criteria with which they will be judged afterwards.

Will there be a new version of the text ?

I do not know. The problem is that we do not want to go below some red lines that we have and we are trying to see if there can be an agreement this morning.

Discussions have already been very long so I hope that there will be something this morning. /.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU