Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

22 mai 2008 - Liban : Déclaration à la presse de l’ambassadeur Ripert

Le Conseil s’est mis d’accord pour adopter une déclaration présidentielle, à l’initiative de la France. Et ce pour saluer et soutenir l’accord de Doha qui a été signé hier et pour rendre hommage au leadership : à l’Emir et au Premier ministre du Qatar, pour rendre hommage à l’action de la Ligue Arabe et à son Secrétaire général et surtout pour rendre hommage au Libanais eux-mêmes puisque c’est un accord qui a été difficilement et longuement obtenu par la négociation entre Libanais. C’est ce qui nous paraît le plus important.

Concrètement cela veut dire que sont endossés les quatre éléments fondamentaux du Plan de la Ligue arabe : l’élection d’un Président qui fait consensus, le fait de s’attaquer à la question de la loi électorale pour les élections, l’élection d’un gouvernement d’union nationale et l’accord pour cesser tout recours aux armes et pour entamer une vraie discussion sur le renforcement de l’Etat libanais. Cela nous paraît extrêmement important parce qu’au-delà de ces éléments qui vont permettre de sortir de la crise actuelle, une crise extrêmement grave puisqu’on a quand même frôlé la plus grave depuis la fin de la guerre civile.

Outre le fait que nous espérons que cet accord va mettre définitivement fin à cette crise, nous pensons aussi que c’est une base sur laquelle les Libanais peuvent recommencer à travailler, reconstruire le Liban, reconstruire l’unité nationale, renforcer la souveraineté et l’intégrité territoriale du Liban. Donc c’est aussi le projet à long terme qui nous intéresse.

Alors je dis cela, cela veut dire, nous, Français et nous européens, nous sommes tous sur cette ligne. Nous sommes particulièrement heureux que le Conseil de sécurité ait pu adopter cette déclaration présidentielle qui vous sera lue dans quelques minutes par l’ambassadeur du Royaume-Uni. Le Conseil a rappelé l’importance que l’accord de Doha soit mis en œuvre dans sa totalité, conformément au Plan de la Ligue Arabe, à l’accord de Taëf et aux résolutions du Conseil de sécurité.

Sur quels points avaient vous dû faire des concessions pour que le projet puisse passer ?

Mais il n’y a pas eu de discussions sur le fond. Il y a eu des discussions sur la forme , la façon dont le Conseil de sécurité devait ordonner notamment le fait de rendre hommage, les facteurs qu’on devait mettre en avant ou pas. C’est un texte qui est très centré sur l’accord de Doha, vraiment sur la situation actuelle et qui rappelle les résolutions et déclarations présidentielles du Conseil sur la situation au Liban parce qu’après tout il y a des résolutions qui ne sont toujours pas appliquées.

Donc nous faisons référence à la nécessité de mettre en œuvre ces résolutions comme maintenant la nécessité de mettre en œuvre l’accord de Doha, parce que c’est cela maintenant qu’il faut vérifier bien sûr.

Le Hezbollah sort-il renforcé ?

Cela n’était pas traité au Conseil de sécurité aujourd’hui.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU