Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

21 octobre 2009 - Conseil de sécurité - Guinée : Remarques à la presse de M. Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies

Comme vous le savez, dès les évènements du 28 septembre, Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, avait exprimé son indignation et avait dit que ces crimes, et en particulier les violences sexuelles contre les femmes, ne pouvaient pas rester impunis. Donc, depuis ce jour, nous avons, avec nos amis africains, suggéré que le Secrétaire général crée une commission d’enquête. Mais ce n’est pas seulement une question humanitaire, c’est aussi une question politique, parce qu’on ne peut pas demander à l’opposition guinéenne de négocier avec les militaires s’il n’y a pas en même temps un processus judiciaire pour répondre à leurs préoccupations.

Le Secrétaire général a annoncé son intention de créer une commission d’enquête. Il le fait à la demande des organisations africaines concernées. Le Conseil de sécurité a manifesté son soutien à cette initiative et la France va présenter une déclaration présidentielle du Conseil de sécurité pour affirmer son soutien, à la fois aux efforts politiques de nos amis africains (il est très important de voir que les organisations africaines s’impliquent dans la solution de la crise et notamment le président Compaoré), et notre soutien à la création d’une commission d’enquête par le Secrétaire général.

As soon as the horrendous crimes were committed in Guinea on 28 and 29 September, the French Minister of Foreign Affairs expressed his indignation and his will that these crimes, especially against women should be punished. So, we have worked very hard to get the creation of the commission of inquiry. So, we welcomed the decision of the Secretary General to do so. We also welcomed the publication of the African countries, African sub-regional organisations to solve the crisis. It is not only a humanitarian problem but it is also a political one because the Guinean opposition couldn’t be call to negotiate with the military government if it’s not assured there is a legal process to respond to their concerns.

The Security Council, today, expresses a very wide support to this idea of the creation of a commission of inquiry. Some questions were raised but there was no opposition. We have also supported the works of our African friends, especially President Compaoré. So France is going to present a proposal for a presidential declaration of the Security Council to support the commission of inquiry and secondly, of course, support the efforts of the African countries.

Question : la CEDEAO a décidé un groupe sur les armes à destination de la Guinée. Est-ce que l’ONU envisage de reprendre ça à son compte ?

Pour le moment nous avons parlé de deux choses : la commission d’enquête et le soutien aux efforts politiques des pays de la région. Notre idée générale, c’est d’être en deuxième ligne, et que la responsabilité première soit celle des pays de la région.

What I said is the Security Council is in the second line. Today we are in the supporting line of the subregional and regional organisations, it’s very important also to show that our African friends can take the solution of the crisis into their own hands.

Question : la commission d’enquête aura-t-elle des résultats ?

First the commission of inquiry is supposed to investigate the crimes in Conakry, and the responsibilities of these crimes. The majority of its members should be African. There should be a woman. It’s important that for the first time there is a reaction after resolution 1888, that the SC should handle this issue. Then the commission will report to the Secretary general.

Question : when will you expect to have a PRST ?

We are going to circulate in the coming hours our project for a presidential statement.. I don’t expect major problems.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU