Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

27 octobre 2011 - Libye - Adoption de la résolution 2016 - Remarques à la presse de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies



Aujourd’hui, nous terminons une séquence qui a débuté avec le vote de la résolution 1973, lorsque la communauté internationale a décidé d’agir pour empêcher Kadhafi de massacrer son propre peuple.

Pendant les 7 mois qui ont suivi, nous avons assisté à des évènements dramatiques, au cours desquels le peuple libyen est parvenu à sa libération avec l’appui de l’OTAN.


Le gouvernement de la Libye a annoncé le 23 octobre la libération de son territoire. Il était donc parfaitement logique que nous décidions de mettre fin à l’autorisation de l’usage de la force.


Premièrement, l’OTAN a annoncé qu’elle mettrait fin à l’usage de la force le 31 octobre. Par la suite, aujourd’hui, le Conseil de sécurité a mis une fin générique à l’autorisation de l’usage de la force.


C’est une page très importante qui se tourne aujourd’hui, celle de la libération de la Libye avec le soutien de tous les pays qui ont souhaité participer à ce magnifique effort. En tant que représentant permanent de la France à l’ONU, je dois dire que nous sommes particulièrement fiers d’avoir été, dès le début, du coté du peuple libyen en lutte contre Kadhafi.


C’est maintenant une nouvelle étape qui commence. Nous devons aider le peuple libyen, nos amis libyens, à reconstruire leur pays. La Libye est un pays très fier. Ils le feront par eux-mêmes. Ils nous l’ont dit, et nous respectons leur volonté. Bien évidemment, en tant que Nations unies, la France, sont prêtes à les aider autant qu’ils le demanderont, afin de préparer, d’organiser les institutions, une constitution …


Comme je l’ai dit, c’est la fin d’une étape, une étape dont nous sommes particulièrement fiers, nous, les Nations unies, et les pays dont les militaires ont risqué leur vie.


Q : Concernant ce que l’ambassadeur Tchourkine vient de mentionner sur le fait que parfois, certains pays ont pu violer les termes de la résolution 1973, soit en parachutant des armes, soit en disposant de troupes au sol : quel est votre réponse à cela ?


Laissons les historiens décider. En ce qui concerne le parachutage d’armes, de nombreux pays ont considéré que l’OP4 de la résolution 1973 autorisait dans certains cas le parachutage d’armes..


Q : Maintenant que la question libyenne est réglée, quand pensez vous qu’il sera adéquat de tenter à nouveau quelque chose sur la question syrienne ?


Malheureusement, je ne peux pas vous donner dev réponse. Je pense que vous deveriez poser cette question aux pays qui ont opposé leur véto à la résolution que nous avons présentée. Nous sommes tous scandalisés par ce qui se passe en Syrie. Des milliers de personnes ont été tuées et chaque jour de dizaines d’autres tombent sous les balles. Aucune des promesses de réforme faites par le gouvernement syrien n’a abouti.

Je pense que nous pouvons demander à ces pays qui se sont opposés à notre proposition “quelle est votre alternative ? Comment faire ? ”. Encore une fois, nous devons attendre, mais il est possible que nous revenions au Conseil de sécurité à un moment donné. Pour l’instant, nous soutenons la Ligue arabe, mais les chances de succès de cette initiative sont minces. Nous serons peut être en meilleure position la semaine prochaine pour voir ce que nous pourrions et devrions faire.


Q : Sur le Yémen, votre dernière résolution semble mettre en opuevre initiative du CCG, qui semble garantir l’immunité à Saleh et sa famille…


Non, elle est “basée sur”. Les mots ont un sens pour les diplomates et si nous avons choisi “basée sur”, c’était précisément pour montrer que l’initiative du CCG était le seule cadre politique sur lequel nous pouvions nous appuyer. J’ai eu la possibilité d’expliquer cela à Mme Karman. Je comprends sa réaction, et je la respecte. Il y a aussi des passages dans la résolution qui appellent à l’on rende des comptes et qui indiquent qu’il n’y aura pas d’impunité.


Pour en savoir plus sur la Libye.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU