Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

3 août 2012 - Adoption de la résolution sur la Syrie à l’Assemblée générale - Remarques à la presse de M. Gérard Araud, président du Conseil de sécurité

( en anglais et en français)





As the President of the Security Council, I am extremely pleased on one side that the General Assembly has given such a colossal majority to the resolution presented by the Arab League.

On the other side, I am very sad that the Security Council has been unable to act so far.

Regarding the figures, 133 countries voted in favour of the text, which is a strong text, and 12 countries voted against. I think it is obvious that there is a wide consensus in the international community to say to the government of Syria : “You have to cease the indiscriminate violence against the civilians, the violations of the Human Rights, the violations of the Humanitarian law when you shell civilian neighbourhoods and you have to enter into a political dialogue”

Q : inaudible

The Security Council is blocked. It is very clear. Russia and China opposed veto three times to texts we have presented. I don’t see how we could move forward on this issue.

As for the war crimes, the issue has already been raised by Mrs Navy Pillay, the UN High Commissioner for Human Rights.

Q : You said that it was a strong text but it doesn’t call Assad to step down neither does it have sanctions.

I remind you that it welcomes the Arab League decision which calls for Assad to go. The Arab league wanted to have a wide majority. I think that there is one and that it is a success.

Q : inaudible

Je parlais en tant que président du Conseil de sécurité pour dire que d’un côté j’étais heureux car le texte de la Ligue arabe est un texte fort et a été adopté à une très large majorité : 133 voix pour, avec toujours les mêmes douze pays qui s’y opposent ; c’est la Corée du Nord, le Zimbabwe, l’Iran. Nous voyons bien que c’est un club de démocraties qui vote contre ces textes ! De l’autre côté, je suis triste que le Conseil de sécurité ait été incapable de prendre des décisions sur la Syrie à cause des trois vétos russo-chinois.

C’est donc un texte fort qui a été voté, que pouvons-nous faire au-delà ? C’est à la Russie et à la Chine que vous devez poser ces questions. Vont-elles continuer à bloquer l’action de la communauté internationale ? C’est à elles d’y répondre.




Pour en savoir plus sur la Syrie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU