Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

5 décembre 2013 - RCA - Intervention devant la presse de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, après l’adoption de la résolution 2127

(en français et en anglais)

M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, s’exprime devant la presse après l’adoption de la résolution 2127
New York - 5 décembre 2013 - Franceonu photos / Martin Loper

Bonjour à tous,

Le Conseil de sécurité vient donc d’adopter à l’instant la résolution 2127 à l’unanimité sur la Centrafrique.

Vous le savez, la Centrafrique connait une crise tragique. Les incidents de cette nuit à Bangui l’ont encore une fois montré. L’ensemble de la population centrafricaine est touchée par une crise humanitaire. Les miliciens se livrent à des meurtres, viols, pillages au quotidien. L’Etat, qui s’est effondré, n’est plus en mesure de protéger sa propre population. Le conflit prend maintenant une dimension interconfessionnelle entre chrétiens et musulmans.

Face à cette situation, l’Histoire nous enseigne ce qui risque de se produire. L’Histoire nous enseigne que nous devons agir.

Depuis plusieurs mois, la France avait mobilisé ses partenaires internationaux sur cette crise oubliée, dans un pays ignoré. Le Président de la République a tiré la sonnette d’alarme dans son discours à l’Assemblée générale des Nations unies en septembre. Le Ministre Laurent Fabius l’a relayé dans tous ses entretiens.

L’adoption de cette résolution montre aujourd’hui que les efforts de la France ont payé : avec cette résolution le Conseil de sécurité est sorti de son indifférence. Il a pris ses responsabilités pour soutenir les pays africains.

La résolution contient 3 points clefs :

Premièrement, elle prévoit un soutien de Nations unies à la Force africaine, la MISCA. Le Conseil de sécurité donne un mandat sous chapitre VII à la MISCA pour la protection des civils. Les Nations unies vont également gérer un fonds pour centraliser les contributions financières à l’appui logistique de la force africaine. Je voudrais saluer à la fois la contribution de l’Union africaine et tous les contributeurs de troupes à la MISCA.

Deuxièmement, la résolution autorise les forces françaises à soutenir la Force africaine, la MISCA.

Troisièmement, la résolution prépare l’avenir. Elle demande que l’ONU se prépare dès maintenant à la possibilité de transformer, si besoin était, la Force africaine en une opération de maintien de la paix des Nations unies.

Cette résolution met également l’accent sur la lutte contre les violations des droits de l’Homme. Elle prévoit l’établissement d’une commission d’enquête et d’un régime de sanction.

Je vous remercie.


***


The Security Council just adopted resolution 2127 on the Central African Republic.

As you know, the Central African Republic is in the midst of a tragic crisis. The incidents which have occurred in Bangui last night have shown it again.

The entire population is subject to a humanitarian crisis.Thugs are killing, looting and raping on a daily basis. The Central African State has collapsed and is not able anymore to ensure the protection of its own population. The conflict is now increasingly taking an inter-sectarian turn with violence erupting between Christians and Muslims.

In this context, history has taught us that the worst may happen. History has taught us that the Security Council needs to act.

In the past several months, France has actively engaged its international partners to raise their awareness about this forgotten crisis. The French President Francois Hollande mentioned it in his speech to the General Assembly. The minister of Foreign Affairs Laurent Fabius also conveyed that message in all his meetings.

The adoption of this resolution today shows that the efforts of France paid off : with this resolution, the Security Council finally takes action. The Security Council brings its active support to the African Union and the African States.

The resolution contains keys elements :

First, it provides UN support to the stabilization mission of the African Union, MISCA. The Security Council gives MISCA a chapter VII mandate to allow it to conduct its operations, especially for the protection of civilians. The UN will manage a trust fund to centralize financial contributions for the logistical support to the African Force. I have to commend the African Union and all the African countries contributing to this force.

Secondly, the resolution authorizes the French Forces to support the African Force, MISCA, in the implementation of its mandate.

Thirdly, the resolution prepares possible next steps. It requests the UN to prepare right away for the possibility of eventually rehatting the African Force into a UN peacekeeping operation.

The resolution focuses also on the fight against human rights abuses, it sets a Commission of Inquiry as well as a UN sanctions regime.

Thank you.


***


Q : Vous venez de citer les incidents de la nuit dernière à Bangui, on parle de plusieurs dizaine de morts. Cette résolution est sous chapitre VII, donc autorise le recours à la force. Peut-on s’attendre à un passage à l’action immédiat des soldats de la Force africaine et/ou des soldats français ?

La résolution 2127 donne un mandat. Les forces françaises sont en train d’arriver sur place. Je crois que l’action de nos forces aura lieu dans les heures, les jours qui viennent. Vous dire si c’est immédiat, j’en suis incapable, il faut poser la question au porte-parole de notre Ministère de la Défense Je ne veux pas m’engager sur l’adjectif immédiat, mais en tout état de cause, cela signifie que les forces africaines et les forces françaises vont agir très rapidement.

Q : There is an escalation in fighting as you said and now reports are coming in that some 500 civilians have sought refuge with the African troops there. Do you have any details on this ? And what has been approved today, do you think it is enough to make a difference now or is there going to be inevitably a next step ?

I think it is going to make a difference now in a very immediate future. It means first that the African forces and the French forces are going to reestablish in the coming days law and order in Bangui. Afterwards the general plan is to secure the roads to the main cities where we know thousands of civilians have taken refuge in order to protect them but also to bring humanitarian support to them.

Q : La résolution prévoit une éventuelle transformation des forces africaines en une opération de maintien de la paix. Dans quel cas ces Forces africaines pourraient-elles être transformées en OMP ?

Nous allons voir dans trois mois si la situation est totalement rétablie. Si la Force africaine a les moyens de remplir le mandat qui lui est donné, il n’y aura évidemment pas besoin d’une force de maintien de la paix. La question qui se pose d’une Force de maintien de la paix n’est pas une question sur les capacités des forces africaines mais c’est en particulier le problème du financement. Nous allons financer la Force africaine par le biais d’un fond de concours. Or nous savons que ce type de financement a des difficultés de se maintenir dans la durée. Il y a donc un risque à terme d’avoir un problème de financement. Un des avantages des forces de maintien de la paix est un financement pérenne assuré par les contributions obligatoires des Etats membres. La question peut se poser dans trois mois. Nous verrons s’il y a besoin d’un passage ou non à une opération de maintien de la paix. Naturellement, nous préférons que nos amis africains réussissent et que nous n’ayons pas besoin de passer à une opération de maintien de la paix

Q : There is some criticism that the African forces today have not come outside of the capital come out of their bases and defended people ? How would this resolution change that ? Also people look at the intervention in Mali, your presence in Mali and they say we are back to the “françafrique”, the idea of France and its former colonies. How would you say these two actions are different, is there any economic interest of the country behind either of the two ?

As for the mandate, it is simple. The African force needed a stronger mandate. The MICOPAX didn’t have it. Now it has a mandate under chapter VII. The spokesperson of the African Union here said it intends to implement this mandate, I quote him in French “de manière aggressive”, in “an aggressive manne”.

Secondly, they needed personel. The MICOPAX, the previous force, had around 2,000 troops. Now it should be 4,000. It will be also reinforced in its structure, in its headquarters, in its command structures. It will also be able to rely on the support of the French forces. The French forces will go from 450 to more than 1,200.

As for the action of France, I am not here to give a qualification. I think, and nobody can say that there is any economic interest in the CAR.

I’m proud of my country. Nobody wanted to go there, nobody was really interested by this forgotten crisis in a largely ignored country. So we are doing the job, and I think it is really great. But doing the job means supporting the Africans. It means also that as soon as the African forces are able to monitor, to control the situation, we will withdraw our own forces. We go there because we are needed but we have absolutely no particular thirst to be engaged in the CAR.

A third question that you have not raised is that there is no parallel : Mali and the CAR are really quite different. In Mali, we were facing terrorist groups, armed groups, which were real fighters, and which were really frightening to take over Bamako and the country.

In the CAR, we have armed groups of thugs, of teenagers, thousands of child soldiers. Yesterday I met Leila Zerrougui who told me that apparently thousands of children are taking part in the armed groups. It is more a sort of armed gendarmerie action. It is not a war. We want to restore law and order. What we hear is that some of these militias are already fleeing from Bangui simply knowing that the African force and the French force are arriving. So the two situations are quite different. There are obviously risks in the CAR but it is not a heavy operation or a military operation that you can compare to Mali.

Q : Le rapport de l’ONU préconisait l’envoi de six à neuf mille casques bleus de façon urgente. avec l’envoi de 1000 soldats français on est loin du compte, est-ce que le Conseil de sécurité ne condamne pas finalement la France à l’échec ce matin ?

Non, c’est au contraire un grand résultat. Tout d’abord, parce que nous avons mobilisé la communauté internationale sur une crise très largement ignorée. Deuxièmement parce que nous apportons notre soutien à nos amis africains. Un des grands débats de cette Organisation est le rôle des organisations régionales et le rôle des Nations unies.

Nos amis africains, l’Union africaine, la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale nous ont dit qu’ils voulaient régler cette crise et qu’ils avaient les moyens de régler cette crise. Ils nous ont dit : « Nous n’avons besoin que d’un soutien des Nations unies ». Nous prenons acte de leur demande et nous apportons notre soutien à cette force.

De toute façon, même si aujourd’hui nous avions créé une force de maintien de la paix, cette force de maintien de la paix ne serait pas sur place avant trois à six mois. Donc quelle que soit la décision finale, opération de maintien de la paix ou pas opération de maintien de la paix, nous devions de toute façon utiliser les moyens que nous avons sur place, et ces moyens, ce sont les Africains. Donc il n’y a pas de contradiction entre le rapport du Secrétaire général et la décision que nous avons prise puisque par ailleurs, nous allons continuer le travail pour la création éventuelle d’une opération de maintien de la paix. Nous nous retrouverons ici dans trois mois, et dans trois mois, nous ferons l’analyse : Est-ce que la force africaine a fait le travail ? Est-ce que l’ordre a été rétabli ? Vous savez, on ne sait pas quelle est la situation en RCA. Ces bandes armées de voyous, on ne sait pas s’ils vont se battre ou simplement, si après avoir pillé, tué, violé, ils ne vont pas s’enfuir. Donc on verra dans trois mois, et si nous jugeons que quatre mille soldats africains et mille soldats français ne sont pas assez, nous passerons à une opération de maintien de la paix, et nous serons prêts puisque nous aurons demandé un rapport du Secrétaire général.

Q : Regarding the question of the 500 civilians roughly who reported to be seeking refuge among troops. Do you have any details on that ?

No I don’t have details about the incidents of tonight, but it is one among many incidents, and with always the same image, which is hundreds or thousands of civilians who are taking refuge around churches or around mosques and in dire humanitarian situations. So, we have to arrive as quickly as possible to secure these spots and also to bring humanitarian support.

Thank you very much, merci beaucoup.

En savoir plus sur la RCA.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU