Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

14 décembre 2010 - Assemblée générale - 50e anniversaire de l’adoption de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux - Intervention de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Mme le Président,

Le groupe des Etats d’Europe occidentale et autres Etats est heureux de célébrer l’anniversaire de l’adoption de la Déclaration sur l’Indépendance des pays et des peuples coloniaux.

La fin du colonialisme et l’accès à l’indépendance font partie des évolutions les plus fondamentales qui ont dessiné les contours de notre monde d’aujourd’hui. Notre vision de la planète s’en est trouvée enrichie, grâce à la prise en compte de voix nouvelles.

Cela a aussi changé notre façon de travailler aux Nations unies. 51 pays avaient fondé cette organisation en 1945. Ils étaient 99 le 14 décembre 1960, lorsque la résolution 1514 a été adoptée. J’ai aujourd’hui l’honneur de parler devant les représentants de 192 nations. Leur diversité confère aux Nations unies une composition originale, celle d’une mosaïque des peuples, une caractéristique qui fait de notre Organisation, et particulièrement de l’Assemblée générale, une entité unique dont tous les membres sont représentés sur un pied d’égalité.

Bien qu’il y ait eu, historiquement, plusieurs vagues d’émancipation à travers le monde, certaines d’entre elles avant la Déclaration de 1960, c’est bien ce texte, que nous célébrons aujourd’hui, qui en est le symbole et qui a marqué les mémoires.

Mme le Président,

En 1999, nous fûmes témoins de l’accession du Timor oriental à l’indépendance. Aujourd’hui, 16 territoires non autonomes ou sous tutelle restent inscrits sur la liste des Nations unies. Il est essentiel que les peuples concernés se saisissent eux-mêmes des différentes options envisageables pour le futur statut de leur territoire, et puissent exercer leur droit à décider librement de leur avenir.

A cet égard, nous ne devons pas oublier que le monde a radicalement changé durant les 50 dernières années. Il est devenu plus complexe, les différents territoires qui le composent sont de plus en plus interdépendants. La lutte contre le changement climatique, le développement durable, l’éradication de la pauvreté, l’égalité des sexes, et l’accès à l’éducation et au savoir sont quelques uns des défis auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés.

La question de l’émancipation politique ne peut pas être prise en compte indépendamment de ces problèmes, qui ont un impact direct sur la vie des peuples. Dans ce contexte, nous devons nous montrer créatifs, afin de pouvoir répondre à ces attentes individuelles et collectives.

Mme le Président,

Nous demeurons déterminés à atteindre les objectifs mentionnés par la Déclaration.

Une nouvelle décennie va commencer, et nous entendons travailler main dans la main avec toutes les parties concernées par le processus de décolonisation, afin de trouver des façons innovantes d’avancer.

Le groupe des Etats d’Europe occidentale et autres Etats, groupe régional composé de pays aux économies développées, sera capable, j’en suis certain, de contribuer pleinement à relever ce défi.

Je vous remercie./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU