Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

26 janvier 2012 - Assemblée générale
Réforme du Conseil de sécurité - Intervention de M. Martin Briens, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies

Monsieur le Président,

Je vous remercie pour l’organisation de cette deuxième réunion du 8e cycle des négociations intergouvernementales. La démarche que vous proposez pour la poursuite de ce cycle vise à favoriser les échanges concrets et constructifs : pour sortir de la paralysie dont nos discussions souffrent.

Il est temps, en effet, de donner leur place aux nouvelles puissances qui auront la volonté et la capacité d’assumer la responsabilité d’une présence permanente au Conseil de Sécurité et seront en mesure, conformément à la Charte des Nations Unies, d’apporter une contribution importante à l’action du Conseil au maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Il est temps de faire évoluer le Conseil, pour qu’il reflète mieux la réalité du monde d’aujourd’hui, tout en préservant ou en renforçant même sa capacité à agir pour faire face aux défis de sécurité actuels.

Monsieur le Président,

Nous saluons votre approche pragmatique et respectueuse du cadre défini par la décision 62/557.

Le texte de compilation que vous avez présenté il y a quelques mois gagnerait maintenant à être opérationnalisé. En parallèle, les initiatives intéressantes et utiles de certains Etats membres méritent d’être examinées comme partie intégrante des négociations intergouvernementales.

A cet égard, la France rappelle qu’elle appuie le G4 et sa proposition.

Sur le fond, nous soutenons l’idée d’un élargissement dans les deux catégories de membres. Il faut aussi une présence plus importante des pays africains au Conseil de sécurité, en particulier parmi les membres permanents, tandis que se pose également la question de la présence d’un pays arabe.

Monsieur le Président,

Peut-être une période transitoire sera-t-elle nécessaire pour atteindre l’objectif ultime d’une réforme juste et ambitieuse du Conseil. Il n’y a qu’un moyen de le savoir : entrer dès que possible dans de vraies négociations.

La France vous apportera sa contribution et son soutien dans ce cadre. Elle se tient également prête à participer constructivement à toutes les réflexions qui pourraient être lancées avec l’objectif de faire avancer les choses, dans le cadre d’un processus ouvert et transparent, guidé par la volonté de procéder à la réforme.

Je vous remercie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU