Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

27 juillet 2011 - Assemblée générale - Initiative Bolivie, 1 an après la résolution reconnaissant le droit de l’Homme à l’eau potable et à l’assainissement - Intervention de M. Emmanuel Bonne, conseiller politique à la représentation permanente de la France auprès des Nations unies

M. le président,

La France s’associe à la déclaration qui vient d’être faite au nom de l’UE.

Je voudrais remercier à mon tour la mission bolivienne d’avoir pris l’initiative de cette réunion. Mon pays se félicite de l’adoption de la résolution 64/292 par laquelle l’Assemblée générale des Nations unies reconnaît le droit de l’homme à l’eau potable et à l’assainissement. Elle a permis, depuis un an, d’intensifier la mobilisation des gouvernements et des autres acteurs sur le terrain.

A la suite de cette avancée historique, le Conseil des Droits de l’Homme a adopté par consensus la résolution 15/9 le 30 septembre 2010, qui lie ce droit essentiel au droit à un niveau de vie adéquat.


Il faut maintenant dépasser cette étape et travailler, avec l’adhésion pleine et entière de tous les acteurs responsables du droit à l’eau potable et à l’assainissement, à la perspective qui s’impose désormais à tous : mettre en œuvre ces résolutions et transcrire dans la réalité le droit de tous à l’eau potable et à l’assainissement.

C’est avec cet esprit que la France s’engage, avec un groupe d’Etat informel, ouvert et transrégional, le " blue group ", pour la promotion du droit à l’eau potable et à l’assainissement et son application.


A cet égard, l’excellent travail d’analyse, d’évaluation et de plaidoyer de la Rapporteure Spéciale sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement doit être salué. D’autres initiatives sont également à souligner, qui contribuent à faire connaître ces nouveaux textes et les enjeux qu’ils représentent, ainsi qu’à travailler aux mécanismes de leur mise en œuvre.

La France se félicite à cet égard du travail effectué par la Commission économique pour l’Europe des Nations Unies (CEE-NU) dans le cadre de son Protocole pour l’eau et la santé, en particulier de la préparation en cours d’un guide des bonnes pratiques sur l’accès équitable à l’eau.

Elle remercie également les nombreux pays qui ont défendu la résolution qu’elle a déposée à l’Assemblée mondiale de la Santé et permis son adoption au consensus : ce texte appelle les Etats membres, l’OMS en particulier et les Nations unies plus généralement, mais aussi les autres parties prenantes à une meilleure intégration des politiques d’eau, d’assainissement et de santé publique contribuant à la pleine réalisation du droit à l’eau potable et à l’assainissement.

M. le président,

Mon pays accueillera à Marseille le 6è Forum mondial de l’eau, du 12 au 17 mars 2012. Le droit à l’eau potable et à l’assainissement est une priorité de l’action internationale de la France, et le Forum doit être l’occasion de renforcer la mobilisation sur ce sujet.

Il est indispensable de rappeler la responsabilité première des Etats dans l’élaboration d’une organisation adéquate pour la mise en œuvre de ce droit et des mécanismes de contrôle de son application. La France est particulièrement attachée à la clarification des rôles respectifs des différents acteurs.

Convaincue que c’est l’action conjointe aux différents niveaux de décision politique qui permettra des avancées significatives adaptées aux contextes respectifs, elle appelle notamment à une plus grande reconnaissance du rôle des autorités locales dans la fourniture des services par les Etats, dans le cadre des lois et règlements nationaux. Il appartient à tous les acteurs publics concernés de se mobiliser, et de s’engager à mettre en place des solutions solidaires pour garantir à chacun un accès effectif à l’eau potable et à l’assainissement.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU