Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

3 décembre 2010 - Assemblée générale - Réunion informelle sur la situation en Haïti - Intervention de M. Martin Briens, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire général,

Je m’associe en premier lieu à la déclaration qui a sera prononcée dans quelques instants par l’Union européenne.

Je voudrais tout d’abord saluer votre initiative M. le Président d’avoir organisé cette réunion informelle de l’Assemblée générale à un moment où la situation en Haïti nécessite toute l’attention des Nations Unies. Je remercie également le Secrétaire général pour son exposé et son appel à la mobilisation de la communauté internationale qui est tout à fait essentiel aujourd’hui.

Les rapports qui nous parviennent d’Haïti sont en effet sombres et inquiétants. La succession de fléaux qui s’abattent sur ce pays (le tremblement de terre du 12 janvier, le passage du cyclone Thomas les 5 et 6 novembre, maintenant l’épidémie de choléra) entraîne une souffrance humaine indescriptible. Le défi à la fois pour le gouvernement haïtien, pour les Nations Unies et pour la communauté internationale est de nature tout à fait exceptionnelle.

La France prend toute sa part dans la réponse sanitaire et humanitaire contre le choléra :

- nous avons envoyé dès le 7 novembre une équipe d’épidémiologistes spécialistes du choléra en appui aux autorités haïtiennes ;

- nous avons acheminé des lits et des bâches pour la constitution de centres de traitements du choléra ;

- nous avons donné des équipements à l’hôpital d’université d’Etat d’Haïti, lequel est en cours de reconstruction par la France ;

- nous avons fait des dons à la Croix rouge française et à l’UNICEF afin de mener des actions de prévention à destination des enfants, une population particulièrement vulnérable ; notre ambassade à Port-au-Prince a également ouvert, le 28 novembre, sur une de ses emprises, un centre d’observation et de consultation géré par une équipe médicale française dont la vocation est d’accueillir et de traiter les pensionnaires de 35 crèches haïtiennes.

Monsieur le Président,

Des élections importantes se sont tenues dimanche dernier. Elles doivent permettre de doter le pays d’un nouveau gouvernement et d’institutions stables qui joueront un rôle essentiel pour relever le pays, avec l’aide de la communauté internationale. Nous avons tous été témoins des graves incidents qui ont nui au bon déroulement de ce scrutin, mais dont tous observateurs ont cependant estimé qu’il était valide. Les résultats du scrutin de dimanche seront connus mardi prochain. Nous appelons solennellement tous les candidats et la population haïtienne, à respecter ce processus démocratique auquel ils participent.

Monsieur le Président,

Les Nations Unies n’ont pas ménagé leurs efforts depuis la survenance du tremblement de terre il y a douze mois. Nous avons sauvé beaucoup de vies, mais la situation reste très préoccupante. Avec le gouvernement haïtien, la communauté internationale doit rester aussi mobilisée que le premier jour. Nous souhaitons que l’Assemblée générale reste pleinement mobilisée sur cette question, et nous remercions le Brésil pour le projet de résolution qu’il vient de diffuser.

Je vous remercie./.



Pour en savoir plus, consultez notre fiche Haïti



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU