Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

9 septembre 2009 - Assemblée générale : Résolution sur le multilinguisme - Déclaration de la délégation de la France au nom du Groupe francophone

Monsieur le Président
Mesdames et messieurs les Ambassadeurs,
Mesdames et messieurs,

J’ai l’honneur d’intervenir au nom du Groupe francophone.

1. Je voudrais d’abord exprimer nos vifs remerciements et notre sincère reconnaissance à la délégation du Sénégal, et en particulier à l’Ambassadeur du Sénégal, qui a coordonné les négociations du projet de résolution sur le multilinguisme que nous venons d’adopter par consensus.

2. De notre point de vue, cette résolution répond à deux exigences : assurer une approche globale de la question du multilinguisme ; en promouvoir une vision tout à la fois ambitieuse et raisonnable.

Le texte garanti tout d’abord une approche globale de la question du multilinguisme puisque l’Assemblée générale rappelle la nécessité de respecter strictement les règles fixant le régime linguistique de l’ONU s’agissant des langues de travail comme des langues officielles.

Ce caractère transversal se mesure également à l’aune des différents sujets traités dans cette résolution : les services de conférences, les activités du département de l’information publique, la gestion des ressources humaines, les opérations de maintien de la paix et les missions politiques spéciales.

Chacun le sait, l’action de l’ONU doit être mieux comprise. La qualité et la précision du dialogue avec les populations locales sont une condition sine qua non de l’efficacité de l’ONU partout où elle intervient. Compte tenu de la forte présence de l’ONU dans les pays francophones, y compris dans son volet relatif au maintien de la paix, nous comptons sur le Secrétaire général et tous les départements responsables pour pleinement mettre en œuvre cette résolution et prendre mieux en compte les impératifs linguistiques. C’est ainsi que l’exécution des mandats des Nations Unies pourra être améliorée de façon déterminante. Sur le plan linguistique, ce n’est pas aux populations locales de s’adapter à l’ONU, c’est à l’ONU de s’adapter aux populations locales.

Le texte défend également une vision équilibrée et ambitieuse du multilinguisme.

Equilibrée parce que cette résolution se fait à coûts budgétaires constants.

Ambitieuse parce que l’Assemblée générale a renforcé son langage sur plusieurs points importants et concrets : je pense à l’appel au renforcement des partenariats entre l’ONU et des établissements d’enseignement supérieur pour accroître le nombre de pages internet disponibles, comme cela est le cas pour les langues russe, espagnole et chinoise ; je pense également au renforcement de la coopération entre l’ONU et les établissements formant des linguistes pour préparer mieux l’avenir et assurer dans les meilleures conditions la relève du personnel linguistique auquel je veux rendre un hommage particulier.

Dans tous ces domaines, le groupe francophone compte sur l’engagement du Secrétaire général et de ses collaborateurs. Nous espérons des réalisations concrètes dans l’avenir proche. Nous y seront vigilants.

Nous souhaitons également, comme le demande l’Assemblée générale, que le Secrétaire général puisse s’appuyer sur réseau informel renforcé de points focaux chargés de soutenir le coordinateur multilinguisme, M. AKASAKA, auquel nous renouvelons toute notre confiance et nos voeux de succès.

3. L’adoption de cette résolution sur le multilinguisme n’est naturellement pas une fin en soi. Elle n’en constitue pas moins une étape importante pour l’action des Nations unies car le multilinguisme est l’équivalent linguistique, culturel voire civilisationnel, du multilatéralisme.

Le groupe francophone se félicite d’ailleurs des réunions organisées préalablement à la négociation et au cours des négociations avec les représentants des autres groupes linguistiques, marquant par là leur intérêt et leur attachement au principe du multilinguisme. Ces échanges informels ont été très fructueux. Il s’agit là d’un exercice à renouveler.

C’est pourquoi, le groupe francophone, avec le précieux soutien de l’Organisation internationale de la francophonie et de son observateur permanent auprès des Nations Unies, présent parmi nous, espère que tous les Etats membres et en particulier les représentants de tous les groupes linguistiques confirmeront leur engagement dans ce sens en poursuivant une concertation et une coopération nécessaire, indispensable à la mise en œuvre de cette résolution.

Le droit à l’usage de sa langue, la capacité à communiquer et donc à comprendre et se faire comprendre, la préservation d’un héritage souvent vieux de plusieurs siècles ou millénaires doivent bien être au coeur de la mission des Nations Unies.

Il est pour nous donc essentiel que nous nous mobilisions, toujours davantage, pour donner vie au principe du multilinguisme dans et hors les Nations Unies. C’est l’objet même de cette résolution dont nous attendons des progrès réels au service de tous.

Je vous remercie./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU