Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

23 octobre 2008 - Première Commission " Architecture du désarmement " - Intervention de Madame Sophie Moal-Makame

63ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies
Intervention de Madame Sophie Moal-Makame, Représentante permanente adjointe de la France auprès de la Conférence du Désarmement à Genève au nom de l’Union Européenne

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de m’exprimer au nom de l’Union Européenne.

1. La Croatie* et l’ancienne République yougoslave de Macédoine* , pays candidats, l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie, pays du processus de stabilisation et d’association et candidats potentiels, ainsi que l’Ukraine et la République de Moldova se rallient à la présente déclaration.

2. L’Union Européenne croit fermement qu’une approche multilatérale de la sécurité, du désarmement et de la non-prolifération est le meilleur moyen de maintenir l’ordre international. L’UE, en tant que fervent partisan du multilatéralisme efficace, considère que l’Assemblée Générale et sa Première Commission, la Conférence du Désarmement (CD), la Commission des Nations unies pour le Désarmement (UNDC) et les différents traités internationaux ainsi que leurs organes et leurs processus d’examen se renforcent mutuellement.

3. Compte tenu des nouvelles menaces à la sécurité, le rôle de l’architecture du désarmement est de plus en plus important et nous devrions faire tous les efforts possibles pour préserver et si possible renforcer encore cette architecture.

4. Du fait de son caractère universel, la première Commission constitue un des plus importants fora de discussion sur les questions de non-prolifération et de désarmement. Nous souhaitons qu’elle favorise une compréhension commune des défis actuels à la paix et à la sécurité et qu’elle permette à la communauté internationale de les traiter avec efficacité dans toutes les enceintes compétentes.

5. L’UE soutient pleinement l’action du Bureau des Affaires de Désarmement, dans la mise en œuvre, sous l’autorité de l’Ambassadeur Sergio de Queiroz Duarte, Haut Représentant pour les Affaires de Désarmement des mandats, des décisions et résolutions pertinentes de l’Assemblée Générale.

6. L’Union européenne souligne l’importance de la Conférence du Désarmement en tant qu’unique forum multilatéral à la disposition de la communauté internationale pour des négociations en matière de désarmement. L’UE a indiqué qu’elle pouvait accepter la proposition 1840 en l’état, et a ainsi fait preuve de sa bonne volonté et de sa détermination à sortir de l’impasse. L’UE a constamment œuvré pour l’adoption d’un programme de travail de la CD et ne ménagera aucun effort pour revitaliser cet unique forum afin qu’il reprenne des négociations et un travail de fond.

7. L’Union européenne est encouragée par les discussions informelles qui ont eu lieu pendant la session 2008 de la Conférence du Désarmement et par les déclarations de personnalités de haut niveau prononcées - cette année.

8. L’Union Européenne se félicite de la dynamique développée à la CD depuis l’établissement d’une plate-forme des Six Présidences (P6) au début de 2006 et de la reconduction de la même approche par le P6 en 2007. Cette dynamique a débouché le 13 mars 2008 sur une proposition de la plate-forme P6 de 2008 pour un programme de travail de la CD qui a pris la forme du document CD/1840.

9. L’Union européenne a indiqué qu’elle pourrait accepter la proposition CD/1840 en l’état. L’UE préfèrerait un texte qui mette davantage l’accent sur la négociation, sans pré-conditions, d’un traité multilatéral non-discriminatoire interdisant la production de matières fissiles pour les armes nucléaires ou autres engins explosifs mais considère ce document comme un compromis qui reflète des concessions de l’ensemble de toutes les parties. L’Union européenne a appelé toutes les délégations à faire preuve de flexibilité et à se joindre au consensus naissant sur le document CD/1840.

10. L’UE saisit cette occasion pour rappeler encore une fois son attachement à l’élargissement de la CD, en particulier à ceux de ses Etats membres qui ne font pas encore partie de cette enceinte.

11. L’UNDC est également un élément de la mécanique du désarmement. Nous regrettons qu’il n’ait pas été possible, lors du cycle triennal qui vient de s’achever, de parvenir à un accord. Nous exprimons le vœu que l’UNDC puisse retrouver dans l’avenir son rôle dans la promotion des objectifs contenus dans son mandat.

12. L’architecture existante a créé des obligations et des engagements importants dans le domaine du désarmement. Toutefois, des difficultés demeurent dans son fonctionnement. La dynamique actuelle des relations internationales nous contraint à y remédier. Pour qu’une telle architecture fonctionne de manière satisfaisante, la volonté politique, la bonne foi et le plein respect par les Etats de leurs obligations et engagements sont essentiels.

13. L’UE continuera de travailler de manière constructive pour atteindre ces objectifs.

Je vous remercie Monsieur le Président.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU