Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

16 avril 2013 - Assemblée générale - Réforme du Conseil de sécurité - Intervention de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

(Seul le prononcé fait foi)

Monsieur le Président,

Permettez-moi tout d’abord de vous féliciter pour votre reconduction en tant que facilitateur des négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de Sécurité.

Je me réjouis du fait que nous puissions recommencer nos travaux, sous votre égide, et sur le fondement des acquis des précédents cycles de discussion.

Monsieur le Président,

La réunion de ce jour marque le début de la 9e série des négociations intergouvernementales. Je note que les discussions que nous avons dans ce format durent depuis plus de 4 ans… Votre appel à un échange concret et constructif sur la direction à suivre, au cours de cette session de l’Assemblée générale et au-delà, est donc le bienvenu. Le 8e cycle des négociations a permis de rendre les débats plus interactifs, autour des initiatives et positions présentées par des Etats membres ou groupes d’Etats membres. Nous devons maintenant collectivement raviver cette dynamique, sur la base des grandes lignes que vous avez tracées en conclusion de ces discussions.

Nous sommes tous d’accord que le processus doit rester piloté par les Etats membres. Les textes le requièrent. Et c’est la seule façon d’assurer un soutien massif à la réforme ambitieuse dont le Conseil doit faire l’objet, pour qu’il reflète davantage les réalités du monde d’aujourd’hui, sans compromettre sa capacité à assumer pleinement ses responsabilités en matière de paix et de sécurité internationales.

L’exploration de vos recommandations de juillet dernier entre dans ce cadre, et la France est prête à contribuer aux réflexions qui s’engageraient sur cette base. Il est temps de commencer de véritables négociations, et vos propositions sont de nature à faciliter ce saut qualitatif tant attendu.

Monsieur le Président,

Pour la France, vous le savez, les exigences n’ont pas varié : la réforme du Conseil doit tenir compte de l’émergence des nouvelles puissances qui ont la volonté et la capacité d’assumer la responsabilité d’une présence permanente au Conseil de Sécurité et qui sont, conformément à la Charte des Nations Unies, en mesure d’apporter une contribution importante à l’action du Conseil au maintien de la paix et de la sécurité internationales. C’est dans ce contexte que la France soutient la candidature de l’Allemagne, du Brésil, de l’Inde et du Japon, ainsi qu’une présence renforcée des pays Africains, y compris parmi les membres permanents du Conseil de sécurité.

En parallèle, la France soutient les efforts visant à améliorer les méthodes de travail du Conseil, dès lors qu’il s’agit d’en accroître la transparence et l’efficacité. Nous saluons la poursuite des travaux du Groupe sur les méthodes de travail du Conseil. Nous soutenons, en particulier, les réflexions sur une vraie publicité des débats, sur le dialogue avec les contributeurs de troupes, et sur une meilleure prise en compte de la lutte contre l’impunité dans les travaux du Conseil. En outre, il nous semble utile d’approfondir les réflexions sur l’idée que les membres permanents renoncent, ensemble, à l’usage du veto lorsqu’il y a au Conseil des discussions sur des atrocités de masse.

Monsieur le Président,

Une réforme ambitieuse du Conseil de Sécurité demandera de l’audace et de la persévérance, et une volonté politique partagée. Travailler sur la base de vos recommandations nous paraît être la meilleure façon de donner une impulsion décisive aux discussions.

La France se tient prête à œuvrer activement, avec tous ceux qui le souhaitent dans cette Assemblée, à dépasser le stade de la répétition des positions de principe.

Soyez assuré que nous vous apporterons tout notre soutien au cours du 9e cycle des négociations intergouvernementales.

En savoir plus sur la réforme du Conseil de sécurité.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU