Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

17 octobre 2013 - Commémoration pour la journée mondiale de lutte contre l’extrême pauvreté - Intervention de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Mesdames, Messieurs,

La célébration de la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté nous permet chaque année de faire le point ensemble sur les progrès et les défis auxquels la communauté internationale doit répondre. J’insiste sur le mot « ensemble », car cette journée est pour les délégations, les diplomates comme moi, le Secrétariat, un moment d’échange avec des personnes vivant dans l’extrême pauvreté, moyen d’échange important pour les écouter, partager leurs expériences. Non seulement pour l’émotion humaine que cela peut procurer mais aussi parce que nous devons définir ensemble les politiques que nous allons suivre pour l’éradication de l’extrême pauvreté.

Cette période est une période importante. En 2000, nous avions définis les objectifs du Millénaire pour le développement, dont le premier était l’éradication de la pauvreté. En 2015, la communauté internationale va devoir définir de nouveaux objectifs.

La politique que nous avons suivie depuis 2000 a obtenu quelques succès. Nous sommes passés d’un taux de pauvreté de 23,2% à 14,9% en 0 ans. Cela étant, cela veut dire quand même que près d’un milliard de personnes, soit une personne sur huit dans le monde, n’ont pas encore pu consommer une quantité suffisante de nourriture de manière régulière pour couvrir leurs besoins énergétiques alimentaires minimaux pendant la période.

Nous devons donc poursuivre nos efforts et adapter notre politique à ce qu’est aujourd’hui l’extrême pauvreté. Pour ce faire, nous devons tenir compte de ce que nous avons entendu aujourd’hui. Il est nécessaire, comme le père Joseph Wresinski, fondateur du mouvement ATD Quart monde, nous avait appris : il est nécessaire de parler avec les personnes en état d’extrême pauvreté parce que ce sont elles qui connaissent leurs besoins.

C’est pour cela que cette journée est importante. Elle permet d’organiser à travers le monde de nombreuses manifestations. Partout sera donnée lecture du texte qui figure sur la dalle des Nations unies en l’honneur des victimes de la misère.

3ème remarque – Nous sommes en train de négocier ensemble la définition de nouveaux objectifs, nous devrons, à partir d’objectifs larges, définir des cibles et des mesures plus précises. Nous devons nous baser sur l’existant, nous ne partons pas de nulle part. Nous avons notamment définis les principes directeurs sur l’extrême pauvreté et les droits de l’Homme adoptés par les Nations unies en septembre 2012. La promotion de ces Principes directeurs sur l’extrême pauvreté et les droits de l’Homme doit faire partie intégrante des travaux que nous allons conduire sur l’agenda post 2015. Ils sont l’exemple même de ce que nous appelons « l’approche du développement par les droits ». Pour citer de nouveau le père Joseph Wresinski, « là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. ».

Mesdames, Messieurs,

C’est pour vous écouter et travailler ensemble que nous sommes ici. Je peux vous assurer que mon pays qui est candidat au Conseil des droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016, s’engage à défendre la promotion et la protection de l’ensemble des droits de l’Homme. La France sera honorée de continuer à travailler avec vous pour la défense droits des plus pauvres, en suivant l’exemple du père Wresinski qui a honoré la France par l’action qu’il a menée en fondant ATD Quart monde. Au nom de mon pays, je voudrais le remercier lui-même, remercier sa mémoire mais aussi tous ceux qui travaillent au sein d’ADT Quart monde en France et dans le monde entier.

Je vous remercie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU