Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

1er mars 2010 - Concertation francophone de haut niveau sur les violences faites aux femmes - Intervention de M. Gérard ARAUD, représentant permanent de la France auprès des Nations Unies

Je tiens tout d’abord à remercier l’Organisation Internationale de la Francophonie, qui a pris l’initiative de cette concertation de haut niveau sur les violences faites aux femmes.

Je remercie également le Canada, en tant que Président de l’OIF.

Et je me réjouis enfin de la déclaration commune que nous allons adopter sur les violences faites aux femmes.

1 - A l’échelle européenne et internationale, la France a fait de la lutte contre les violences faites aux femmes une priorité de sa politique pour la défense des droits de l’homme.

En 2008, nous faisions adopter sous Présidence française, de nouvelles lignes directrices de l’UE sur les violences contre les femmes et la lutte contre toutes les formes de discrimination à leur encontre.

Dans le cadre du Conseil de l’Europe, la France contribue activement aux travaux engagés fin 2009 en vue d’élaborer une Convention spécifique sur les violences contre les femmes et les violences domestiques.

A l’Assemblée Générale, la France et les Pays-Bas présentent chaque année une importante résolution sur l’Intensification de l’action menée pour éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes.

Notre engagement porte également sur la protection des femmes et des enfants dans les conflits armés et dans le cadre des opérations de maintien de la paix. A cet égard, nous avons activement contribué à l’adoption des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations-Unies (notamment 1325, 1820, et 1888 et 1889 en 2009) définissant de nouveaux moyens pour lutter contre les violences généralisées à l’égard des femmes en temps de conflit armés et de post-conflit.

Au plan national, la France travaille d’ailleurs à l’ élaboration d’un plan d’action, tel que prévu par la résolution 1325 du Conseil de Sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité.

2 - Cela étant, en 2008, en France, 157 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint, ce qui représente 20% des meurtres commis dans notre pays. Nous savons que ces violences touchent tous les milieux, tous les âges et prennent toutes les formes.

Face à cette situation, l’engagement des pouvoirs publics ne cesse de se renforcer.

En faisant de la lutte contre la violence faite aux femmes la grande cause nationale pour 2010, comme il l’a annoncé lors de la Journée Internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 25 novembre dernier, le Premier ministre a donné une nouvelle impulsion au plan d’action, qui couvre la période 2008-2010.

C’est la reconnaissance officielle de l’importance que le Président de la République et le gouvernement accordent à cette cause. Nous allons en effet aller plus loin en renforçant les moyens de cette lutte, l’arsenal législatif notamment, autour de quatre grandes priorités :

1. Mieux protéger les femmes victimes de violences en renforçant le cadre juridique ;

2. Mieux prévenir la récidive ;

3. Améliorer la qualité de la prise en charge des femmes ;

4. Développer les actions de sensibilisation et d’information.

Nous savons combien la visibilité médiatique est essentielle pour sensibiliser nos concitoyens à ces enjeux ; c’est pourquoi l’Etat accompagne l’action des associations engagées dans le cadre d’une campagne de communication.

Cet effort s’inscrit dans l’engagement constant de l’Etat depuis trois ans : nous avons en effet engagé des actions de sensibilisation importantes sur les violences conjugales, les violences psychologiques et les mariages forcés et nous prévoyons dans une troisième étape, cette année, d’insister sur la prévention des violences sexistes chez les jeunes et le respect entre garçons et filles.

Je vous remercie ./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU