Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

1er octobre 2013 - Evénement parallèle : « Pour une Alliance Africaine sur la Migration et le Développement » - Intervention de M. Gérard Araud, représentant permanant de la France auprès des Nations unies

Je remercie le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Royaume du Maroc, Monsieur le Docteur Saad Dine El Otmani pour son invitation.

Une politique du Maroc volontariste en matière de respect des droits fondamentaux pour les migrants.

Je suis heureux d’avoir l’occasion de témoigner aujourd’hui de l’ancienneté de la coopération de la France et du Royaume du Maroc sur les questions de migration et développement, qui témoigne des liens humains étroits tissés entre nos deux Nations. Ce lien repose sur le principe de la responsabilité partagée entre pays d’origine, de transit et de destination. Nos deux pays partagent l’attention portée aux femmes, aux hommes, aux enfants migrants pour promouvoir le respect de la dignité et des droits fondamentaux.

Nous avons pris connaissance avec intérêt du rapport du Conseil national des droits de l’homme du Maroc, qui appelle à la mise en place d’une nouvelle politique marocaine d’asile et d’immigration en formulant des recommandations concrètes et ambitieuses. Je remercie à cet égard son président, Monsieur Driss El Yazami pour sa présentation.

Je témoigne ici du soutien de la France au Maroc, pour la mise en place de sa nouvelle politique d’asile et d’immigration, qui organise le statut de réfugié et garantit le principe de non-refoulement.

Monsieur le Ministre, dans ce cadre, la France note avec intérêt, l’initiative de votre pays pour constituer une alliance africaine sur la migration et le développement. Il est, en effet, fondamental de décliner les accords pris aux Nations Unis, au niveau régional et local. Leur concrétisation pour les populations ne peut s’engager qu’à ces conditions. A cet égard, il existe de nombreux dialogues entre l’Europe et les pays africains : je tiens à citer notamment le Dialogue euro-africain sur la migration et le développement, bien connu du Maroc (appelé aussi « Processus de Rabat »), qui est un des dialogues les plus actifs entre l’Europe et les pays d’Afrique d’origine et de transit des migrants.

Dans ce contexte, la France reconnait l’intérêt de l’expérience du Maroc dans la mobilisation de ses résidents à l’étranger - les « marocains du monde » - pour le développement du Maroc. Des actions comme le programme marocain « enraciner sans déraciner » pourraient inspirer d’autres pays africains pour leur caractère équilibré et humaniste.

Les efforts d’investissement pour mobiliser une diaspora peuvent rapidement porter leurs fruits. Ce message doit aussi être relayé dans les instances régionales et internationales appropriées, je pense naturellement au Forum mondial pour les migrations et le développement.

Et c’est grâce à cette approche que la coopération française a pu mobiliser les marocains résidant en France, en partenariat avec les autorités marocaines, dans toutes ses dimensions (transferts de compétences des migrants pour le développement, investissement des migrants dans la sphère productive, mobilisation des migrants pour des projets de développement local).

Les exemples de collaborations entre nos deux pays sur ce front sont trop nombreux pour pouvoir être évoqués,

Monsieur le Ministre, Monsieur le Président, je voudrais conclure en rappelant que la France aura à cœur de partager ses expériences de co-développement fructueuses lors du Dialogue de Haut Niveau sur les migrations internationales et le Développement qui se tiendra les 3 et 4 octobre prochain.

Je vous remercie.

En savoir plus sur le thème Migration et développement



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU