Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

24 septembre 2010 - Réception des fonctionnaires internationaux français de New York - Intervention de M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes

Mesdames et Messieurs,

Mes chers amis,

L’un des grands mérites de l’ouverture de l’Assemblée générale des Nations unies est de nous donner l’occasion de nous revoir et, pour certains d’entre vous, de nous rencontrer.

Je suis donc très heureux de partager un moment avec vous, dans cette ville qui est d’abord la vôtre, pour vous redire mon amitié et le respect que m’inspire votre engagement au service des Nations unies, auxquelles, vous le savez, je suis particulièrement attaché.

C’est vous qui, chaque jour, à New York ou sur le terrain, portez ses valeurs universelles - qui sont aussi celles de notre pays - de liberté, de solidarité, de justice. Cette capacité d’indignation aussi, salutaire. Je sais ce que vous donnez de vous-mêmes. Car votre métier, c’est aussi partager, sur le terrain, les difficultés et les épreuves de ceux pour lesquels on a choisi de s’engager. C’est un choix de vie qui implique des sacrifices personnels, familiaux. Et qui parfois coûtent la vie.

Aujourd’hui, devant vous, je veux rendre hommage à nos amis de la MINUSTAH, disparus dans le terrible séisme qui a frappé Haïti. Je pense aussi à ceux qui les pleurent. Et à ceux qui, aussitôt, ont pris la relève pour contribuer au redressement du pays. J’ai, bien sûr, une pensée particulière pour nos compatriotes disparus à Port au Prince. Pour :

Lionel AMAR [Adjudant chef de police] ;

Mamadou BAH [chargé d’information et de communication] ;

Chrystel CANCEL [experte internationale] ;

Laurent LE BRIERO [Adjudant de Police] ;

Marc PLUM [magistrat, Chef de section de l’assistance électorale] ;

Simone Rita TRUDO [assistante personnelle de Luis Carlos da Costa, Représentant spécial adjoint aussi décédé, tout comme le Représentant Spécial Heni Annabi].

Je sais que cela a été une très douloureuse épreuve pour vous également, qui avez connu certains d’entre eux. Je partage votre émotion.

Chers amis,

La défense de la paix, de la solidarité, du respect des valeurs et des principes universels des droits de l’Homme doivent rester le socle inébranlable de l’ONU, et nous devons les protéger sans réserve.

Mais si les valeurs sur lesquelles sont fondées les Nations Unies sont immuables, le monde change. Le monde a beaucoup changé depuis 1945.

La mondialisation économique et technologique est source d’immenses enrichissements mutuels mais aussi, on l’a vu, d’instabilités et de crises. Elle a besoin - plus que jamais - d’un contrepoids. Elle doit être politique, plus solidaire et plus sociale. La France est déterminée à contribuer à l’indispensable modernisation de la gouvernance globale. Et ce sera l’une des priorités de notre présidence du G20 et du G8.

Avec la multiplication de " clubs " de différents formats, nous voyons se mettre en place un multilatéralisme à plusieurs vitesses. Mais, nous devons être vigilants : les Nations Unies sont au centre de la vie internationale et doivent le rester. C’est une nécessité politique et un impératif éthique. La raison en est simple : l’ONU est universelle et dispose d’une légitimité qu’aucune organisation ne peut lui disputer.

Mais regardons les choses en face. L’ONU est en crise. Sa représentativité, son efficacité sont remises en cause. L’universalité des valeurs qu’elle défend l’est également, au nom du relativisme culturel, du nationalisme ou de prescriptions religieuses. Pour garder cette légitimité universelle, l’ONU ne doit pas avoir peur de se réformer. La réforme des Nations unies c’est bien sûr l’indispensable réforme du Conseil de sécurité. C’est l’évolution du mode de gouvernance dans son ensemble. C’est la reconnaissance de l’ONU comme cadre de référence dans le domaine du développement. C’est l’amélioration du suivi des Opérations de Maintien de la Paix. Vous qui travaillez, jour après jour, à définir le rôle que l’ONU sera amenée à jouer dans la gouvernance mondiale de demain, portez aussi cette ambition.

Mais aujourd’hui la réforme piétine. Sachez-le, la France poursuivra sans relâche ses efforts pour la faire progresser partout où cela est nécessaire. Car le statu quo n’est tout simplement plus tenable.

Chers amis, malgré la distance, le ministère des Affaires étrangères est à votre écoute. A l’écoute de vos attentes, de vos interrogations, de vos préoccupations pour vous appuyer au mieux dans vos fonctions internationales et dans votre parcours.

La nécessité de prévoir la relève, l’exigence, bien légitime, d’assurer une meilleure répartition géographique et de respecter le principe de parité, conduisent les pays à repenser leur stratégie pour promouvoir leur présence dans les organisations internationales. C’est ce à quoi s’emploie, pour la France, le ministère des Affaires étrangères et européennes, grâce à la Mission des fonctionnaires internationaux (MFI), et avec le concours de nos postes. Vous le savez, l’insertion des jeunes est l’une de nos priorités. J’attache d’ailleurs la plus grande importance au développement du programme des jeunes experts associés, dont nombre d’entre vous, ici, sont issus.

C’est un sujet sur lequel vos réflexions sont les bienvenues et je sais que vous avez des idées. C’est vous qui avez fondé l’Association des Français fonctionnaires internationaux de New York, l’AFFIN, qui a, je crois, pour projet, entre autres, d’établir un système de parrainage de jeunes fonctionnaires débutants. Nous vous soutenons pleinement dans cette démarche.

Chers amis,

La France attend beaucoup de vous, vous qui êtes une force de proposition en lien direct avec les institutions et avec les réalités du terrain. Ce sont votre expérience, vos propositions et vos ambitions qui nous permettront d’avancer ensemble sur la voie des réformes ambitieuses qu’appellent les reconfigurations du monde.

Et, je vous le redis, de votre côté, vous pouvez compter pleinement sur le ministère des Affaires étrangères pour vous accompagner dans votre mission au service d’un monde plus solidaire, plus juste et plus sûr.

Je vous remercie./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU