Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

29 juillet 2009 - Commission de consolidation de la paix : Burundi - Intervention du représentant de la France

Adoption des conclusions du troisième examen semestriel de la mise en œuvre du Cadre stratégique pour la consolidation de la paix au Burundi

Je remercie le représentant permanent de la Suisse d’avoir organisé cette réunion et le félicite de son accession à la présidence de la formation pays Burundi de la PBC. Ma délégation tient également à remercier l’ensemble des acteurs et en particulier les autorités burundaises qui ont participé à la rédaction de ce rapport semestriel sur le cadre de travail stratégique pour la consolidation de la paix au Burundi.

Nous nous félicitons des avancées exceptionnelles du processus de paix au Burundi ces derniers mois. Le désarmement du FNL et son intégration dans les structures nationales ainsi que la libération des enfants soldats qui lui étaient associés marquent un pas de plus vers l’obtention d’une paix durable au Burundi. Il s’agit là d’un grand succès des Burundais et de la communauté internationale. L’Afrique du Sud a joué un rôle décisif à cet égard. C’est l’une des belles réussites des Nations Unies et la CCP a su jouer tout son rôle dans ce processus.

Malgré les progrès la situation au Burundi, de nombreux défis restent posés. Je n’en citerai que quelques uns :

- l’achèvement du programme DDR et la réintégration socio-économique des démobilisés ;

- le respect des droits de l’homme et en particulier des libertés politiques et civiques, ainsi que la protection des droits des minorités : nous espérons que le code pénal sera amendé et que la criminalisation de l’homosexualité disparaitra ;

- le développement économique et social.

Il est essentiel que la communauté internationale continue d’accompagner le Burundi sur ce chemin. La Commission de consolidation de la paix a un rôle particulièrement central à jouer à cet égard, de même que le partenariat pour la paix au Burundi lancé le 27 mai dernier. Il rassemble l’ensemble des acteurs de la communauté internationale et devrait permettre de maintenir le suivi indispensable à la consolidation des acquis du processus de paix.

Mais le principal défi qui nous attend est naturellement la bonne tenue des élections générales de 2010. Toute la communauté internationale doit se mobiliser pour que ces élections se tiennent dans de bonnes conditions afin que les acquis des dernières années ne soient pas perdus.

Il faut pour cela une Commission électorale nationale indépendante forte et indépendante, un scrutin transparent et un esprit permanent de dialogue et de concertation entre les acteurs.

Les autorités burundaises ont officiellement demandé au Secrétaire Général le soutien " moral, technique, logistique et financier " des Nations Unies. Nous attendons donc avec impatience les résultats de la mission d’évaluation des besoins. Nous pourrons ensuite étudier au sein de la configuration pays de la CCP la meilleure façon d’apporter l’aide de la communauté internationale à l’organisation de ces élections.

Je vous remercie. /.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU