Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

8 octobre 2009 - Intervention de Mme Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée des Aînés, au Nations unies à la session du comité des ONG sur le vieillissement

Monsieur le Secrétaire-Général adjoint,
Madame la Présidente du Comité des ONG sur le vieillissement,
Monsieur le Président du Programme des Nations Unies,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Chers représentants des ONG et des Nations Unies,
Chers délégués,

En tant que la Secrétaire d’Etat aux Aînés de la République Française, c’est une joie et un honneur de pouvoir célébrer ici, avec vous, le dixième anniversaire de la journée internationale des personnes âgées. Je vous remercie de me donner aujourd’hui l’occasion d’apporter un témoignage concret pour avancer notre réflexion commune.

Je voudrais remercier le Comité des ONG et les parrains de cette conférence : l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l’Espagne et l’Uruguay, pour leur aimable invitation, et pour avoir organisé cet événement.

La création en France d’un Secrétariat d’Etat aux Aînés est le signe de la reconnaissance du rôle et des droits que nous souhaitons donner aux aînés dans notre pays.

Ma présence ici, parmi vous, illustre notre désir de participer pleinement à la réflexion qu’organisent les ONG et les Nations Unies à ce sujet, et de délivrer un message universel, dont la devise serait, à l’image de celle de mon pays, "liberté, égalité, fraternité".

***


Les initiatives des Nations Unies en faveur du respect des droits des personnes âgées, en particulier les recommandations du plan de Madrid de 2002, ont été appliqués en France et à l’échelle européenne.

La France s’est ainsi directement inspirée des principes et domaines d’action rappelés dans la Déclaration ministérielle de Léon en 2007 :
- le respect des droits des aînés,
- leur participation et intégration sociale ;
- une stratégie de soins équilibrée ;
- l’examen des incidences sur l’éducation, le marché du travail et la protection sociale d’une activité professionnelle plus longue ;
- la collaboration intergénérationnelle et,
- le vieillissement actif, pour permettre d’optimiser les chances qu’offrent la santé, la participation et la sécurité.

***


La reconnaissance des droits des aînés est au centre de notre approche :

La France souhaite promouvoir l’exigence d’assurer une protection sociale pour tous, en développant un modèle qui n’exclut aucune composante de la population, sans discrimination de condition, de revenu, ou d’âge. Il correspond à notre conception des droits de l’Homme et du Citoyen, qui prend en compte l’ensemble des individus dans leur diversité d’identité et de situation. Les personnes âgées en font partie au même titre que les autres citoyens.

En France, une charte des droits de la personne âgée, révisée en 2007, est l’illustration concrète de cette vigilance.


Face au vieillissement, phénomène global, une approche collective et intégrée s’impose :

L’accroissement spectaculaire de la longévité est une réalité dont il faut tirer toutes les conséquences, en termes de philosophie de vie, d’organisation sociale et économique.

600 millions de personnes dans le monde ont dépassé l’âge de 60 ans !

L’espérance de vie moyenne à la naissance est aujourd’hui, à l’échelle planétaire, de 66 ans, soit une progression de 20 ans depuis 1950, et elle devrait encore augmenter de 10 ans d’ici à 2050.

En 2050, 16,6 % de la population française aura plus de 75 ans, contre 8 % aujourd’hui.

Je considère cette nouvelle donne comme l’un des plus formidables acquis de notre temps. Cette longévité est véritablement un phénomène de civilisation inédit dans l’histoire de l’humanité. Elle va permettre à chaque individu de vivre mille choses de plus, de vivre avec les siens, d’être un témoin de ce qui change dans le monde.

Comme l’a souligné la Déclaration de Léon de 2007, il est important de définir des approches intégrées pour une prise en compte globale du phénomène du vieillissement. Il nous faut des stratégies et un processus menant à une meilleure intégration sociale des personnes âgées et à l’inclusion du vieillissement dans tous les aspects de la vie sociale, politique, économique et culturelle.


S’agissant particulièrement de l’intégration sociale :

L’image et la perception de nos aînés changent en France. De plus en plus, nos aînés sont considérés comme des facteurs essentiels de lien social. Ils sont le ciment de la famille, qui est l’un des piliers sur lequel repose toute la société française. Ils sont ceux aussi qui, aujourd’hui, contribuent le plus largement à sa sauvegarde. L’évolution de la famille, avec les familles recomposées, la monoparentalité, n’a fait que renforcer ce besoin de lien entre les générations, on le voit avec l’accompagnement de leurs enfants et leurs petits-enfants. Ils sont aussi vecteurs de transmission de la mémoire et des valeurs.

Parallèlement, nos aînés s’impliquent de plus en plus dans le changement de la vie au quotidien, ils sont des citoyens attentifs à une certaine qualité du vivre ensemble dans la société française.

80% des citoyens sont des citadins. Comment imaginer la ville de demain, afin que les personnes âgées, qui y seront majoritaires, y vivent bien ?

Les aînés participent comme l’a dit l’écrivain antillais Patrick CHAMOISEAU, à cette " émergence énorme de pratiques, de positions, d’associations, de pulsions citoyennes, de communautés qui essaient de s’organiser ". Ils prennent une large part à ce changement profond de la vie urbaine. Ils participent activement, dans chaque ville, à la mise en place du plan d’accessibilité que nos maires devront avoir achevé en 2015, en vertu de la loi adoptée en 2007 en France.

Les aînés peuvent également rendre d’immenses services à la société, par leur engagement personnel dans des actions d’intérêt général concernant la formation, l’éducation, l’accompagnement des personnes les plus fragiles, la coopération internationale, et notamment le co-développement, qu’ils assument le plus souvent dans le cadre du bénévolat.


S’agissant de l’intégration économique :

Nos aînés pourraient aussi représenter une inestimable source de richesses dans le monde des entreprises, pour peu que l’on sache faire évoluer les mentalités. Leur expérience, leur volonté de transmettre leur savoir, comptent beaucoup. Je veux en ce domaine prendre des initiatives, tant avec les représentants des filières professionnelles qu’avec ceux des employeurs, pour favoriser notamment le parrainage et le tutorat des aînés en faveur des jeunes.

L’accroissement de la longévité pose enfin le problème de la justice et de la pérennité de notre système de protection sociale.


Laissez-moi à présent vous présenter quelques initiatives ou priorités que j’ai engagées en suivant les principes et les objectifs que je viens d’énoncer :

- Premièrement : le Plan " Bien vieillir " que je viens de renouveler en juillet 2009 a pour but de donner une image plus positive du vieillissement dans la société française.

En effet, nous devons mettre en place des structures adaptées aux besoins des aînés. C’est pourquoi, le renouvellement de ce plan prévoit un label " Bien vieillir - vivre ensemble" qui vient d’être lancé pour récompenser les autorités locales qui s’engagent dans les domaines de l’urbanisme, du logement, du transport ou encore d’animation des quartiers et de développement du lien social. C’est d’ailleurs ce que préconise le réseau "Villes, amies de nos aînés" de l’Organisation Mondiale de la Santé.

- Deuxièmement : notre loi "Hôpital, patients, santé, territoires" va permettre de créer des agences régionales de la Santé qui vont tenir compte de la diversité des besoins et des situations dans les territoires.

Cette loi répond à un souci prioritaire qui consiste à décloisonner les secteurs sanitaire et médicosocial, afin de leur permettre de s’enrichir mutuellement de leurs points forts et avancées réciproques.

- Troisièmement : il s’agit, dans toute la mesure du possible, de permettre à chaque personne âgée, face au vieillissement, de pouvoir bénéficier de services adaptés à ses besoins. C’est un principe très important que nous devons placer au cœur des droits fondamentaux des aînés.

Actuellement, nous mettons tout en œuvre pour qu’une personne âgée puisse continuer de vivre chez elle, à son domicile, et le plus longtemps possible. Pour y parvenir, nous développons 1/ Des services de soins infirmiers, des métiers d’auxiliaires en gérontologie, ergothérapie, psychomotricité. 2/ Des services d’aide à domicile financés par L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie). Cette politique a porté ses fruits : entre 2003 et 2008, la part des personnes dépendantes en établissement est passée de 45% à 38%.

Ces nouveaux services sont générateurs d’emplois. Ils représentent un énorme potentiel en termes de nouveaux métiers et auront un impact économique majeur pour les générations plus jeunes. Ils mobilisent également les familles, les voisins, les amis dans un mouvement d’interactivité entre les aidants professionnels et familiaux.

- Quatrièmement : lorsque le maintien constant à domicile commence à ne plus être envisageable, il faut aussi mettre en place les systèmes intermédiaires entre la vie chez soi et la vie dans un établissement d’accueil, diversifier les modes de prise en charge, créer des espaces de temps et de lieu intermédiaires.

- Cinquièmement : c’est dans l’esprit d’interactivité avec les familles que le plan Alzheimer 2008-2012 a été lancé par le président Sarkozy. Avec un financement de 1,6 Mrds Euros et 44 mesures, il prévoit notamment de former les aidants, la mise en place de guichets uniques (MAIA : Maison d’Accueil et d’Intégration des malades d’Alzheimer) et un plan métier dont la formation des assistants de soins.

***


J’espère, par ces quelques exemples, vous avoir présenté les grandes priorités que j’entends défendre dans mon action en faveur des aînés. Une action que je souhaite continuer à inscrire dans le respect des recommandations des Nations-Unies pour les personnes âgées, et en particulier celles du plan de Madrid. Soyez assurés que je m’y engagerai personnellement. La France apportera aussi tout son soutien au processus des Nations Unies et à la mise en œuvre de ses principes.

Je suis heureuse de vous annoncer que la France est prête à accueillir un séminaire sur ce sujet, en 2010 ou 2011, qui réunira les ONG internationales, avec le parrainage du Gouvernement français, et, je l’espère, celui des Nations Unies.

La solidarité entre les générations est une des plus belles causes de l’humanité et le sujet des aînés mérite cette vaste réflexion mondiale.

Mon dernier mot sera pour les aînés : je les appelle à développer leur activisme, gage d’un véritable "empowerment" !

Je vous remercie./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU