Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

9 Janvier 2014 - Evénement parallèle : "Développement urbain durable, défis et solutions pour faire face au changement climatique" - Intervention de M. Pascal Canfin, Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères chargé du Développement

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Directeur, messieurs les élus,
Mesdames, messieurs,

Je suis très heureux de pouvoir échanger avec vous aujourd’hui sur la ville durable pour faire face au changement climatique.

Comme l’a affirmé le Secrétaire général des Nations unies lors des « Journées des villes durables » organisées ici-même le mois dernier, les autorités locales et régionales sont des acteurs presque plus importants que les gouvernements dans la lutte contre le changement climatique. Car notre enjeu à tous, notre finalité, c’est de réduire nos émissions dans le monde réel à un niveau compatible avec un réchauffement climatique contenu à moins de 2 degré. En ce sens l’accord international que nous recherchons à Paris n’est qu’un moyen d’atteindre cet objectif.

L’impact du changement climatique est une réalité d’une telle ampleur, qu’il nous est impossible de concevoir des objectifs de développement durable pour l’agenda après 2015 sans en tenir compte. Il ne s’agit pas de dupliquer dans ce processus la négociation climatique de la CNUCC – et d’en importer les blocages. Il est indispensable d’introduire des cibles qui répondent à cet enjeu. Nous devons tracer la voie d’un développement compatible avec notre objectif de limiter le réchauffement à 2 degré Celsius. Il en va de la pertinence et de l’efficacité de nos futurs objectifs. Il en va également réciproquement de notre capacité à atteindre nos engagements en matière climatique. Qu’il s’agisse d’énergie, de mode de consommation et de production ou encore de ville – thème qui nous réunit aujourd’hui – chacune de ces thématiques doivent inclure des cibles qui contribuent à la lutte contre le changement climatique.

Les villes ont un rôle crucial à jouer dans la lutte contre le changement climatique. C’est pour cela que j’ai confié aux sénateurs Ronan Dantec et Michel Delebarre la responsabilité de réfléchir au rôle des gouvernements locaux et régionaux pourrait jouer dans les négociations menant à la Conférence de Paris sur le changement climatique en 2015.

Les villes constituent un "acteur local" stratégique. Les villes génèrent une empreinte écologique majeure, étant responsables de la consommation de 75 % de l’énergie mondiale et de la production de 70 % des émissions de gaz à effet de serre. Si elles constituent un facteur essentiel contribuant au changement climatique, les villes sont également particulièrement vulnérables à ses conséquences, incluant la montée du niveau de la mer, la majorité des mégalopoles se situant en zone côtière.

Dans le même temps, les villes, si elles sont bien planifiées, représentent une formidable opportunité pour l’innovation et un moteur puissant de développement. Les villes des pays en développement verront ainsi leur superficie tripler entre 2005 et 2030. La moitié des zones urbaines qui existeront au Sud à cette date sont encore à construire. La densité et le potentiel de connectivité des villes sont des leviers majeurs pour enclencher cette dynamique de prospérité sobre en carbone et soutenable sur le plan social et environnemental.

Les autorités locales et régionales ont donc une responsabilité majeure dans la construction de ce monde durable. Vos choix en matière d’énergie et de gestion des ressources naturelles, de transports et d’infrastructures, détermineront notre capacité à atteindre nos objectifs en matière climatique.

Car c’est bien au niveau des villes que nous démontrons chaque jour que lutte contre la pauvreté et soutenabilité environnementale et climatique sont des objectifs liés et non opposés.

Quand la ville de Curitiba, au Brésil met en place un système de bus en site propre particulièrement innovant, c’est à la fois un progrès social pour tous ces habitants mais également un mode de transport climatiquement soutenable.

Nous n’éradiquerons pas la pauvreté urbaine dans un monde qui n’aurait pas réussi à contenir le changement climatique. Car ce sont souvent les plus pauvres des habitants des villes qui sont les premières victimes des conséquences du changement climatique. Je pense M. Sall, le maire de Dakar pourra en parler.

Mesdames et messieurs,

Plus que jamais nous avons l’impératif de réussir 2015. Réussir en septembre 2015 pour faire aboutir cet agenda post-2015, réussir en décembre 2015 pour trouver à Paris un accord climatique ambitieux. Réussir pour la première fois dans l’histoire de l’humanité à définir ensemble un avenir à l’humanité et à notre planète. C’est notre responsabilité, nous n’avons pas le droit d’échouer.

Je vous remercie pour votre attention.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU