Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

27 octobre 2005 - La mise en œuvre de la résolution 1325 " Les femmes, la paix et la sécurité " : Intervention de M. Michel Duclos, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies

Je suis heureux, Monsieur le Président, que vous ayez pris l’initiative de tenir ce débat public sur les femmes, la paix et la sécurité, et de le centrer sur la question de la participation des femmes aux processus de paix. En ce jour, mon pays a une pensée particulière pour Mme Aung San Suu Kyi, empêchée depuis trop longtemps de jouer le rôle qui devrait être le sien pour contribuer à la paix, la réconciliation et à la démocratisation dans son pays.

Monsieur le Président,

La France s’associe pleinement à la déclaration qui sera prononcée tout à l’heure par la Présidence de l’Union européenne.

Un anniversaire est une célébration, mais c’est aussi aussi l’occasion de faire le point. Cinq ans après l’adoption de la résolution 1325, quel bilan tirer de son application ?

- d’abord, la résolution a changé le regard du Conseil sur cette question : les femmes ne sont plus exclusivement perçues comme des victimes. Le Conseil reconnaît dans ses activités leur contribution essentielle comme électrices, législatrices ou encore médiatrices. Elles sont bien souvent le seul repère dans des sociétés déstructurées.

- la résolution a ensuite modifié le travail du Conseil au jour le jour : dispositions spécifiques dans les mandats, dans les rapports au Conseil, mise en place de conseillères pour la parité dans les OMP et au DOMP, etc.

- enfin, la résolution est maintenant un " label " bien connu, et même reconnu par nos chefs d’Etat et de gouvernement le mois dernier, avec le paragraphe 116 du document final du Sommet.

Cependant, beaucoup reste à faire. Trop de promesses n’ont pas été tenues, comme le rapport du Secrétaire général de l’année dernière l’a montré. Le Conseil n’a pas encore acquis ce que j’appellerais le " réflexe 1325 ". Nous y avons tous, Membres du Conseil et au-delà, une part de responsabilité. Nous pouvons ensemble y remédier. Comment ?

Quatre pistes d’action se présentent, que nous devrions emprunter simultanément :

- première piste : il s’agit de mettre en œuvre de la résolution dans chacun de nos pays, qu’il soit ou non en situation de conflit armé. Certains Etats ont déjà pris l’initiative de plans d’action nationaux. J’invite au lancement de plans d’action régionaux, sur le modèle de l’Union européenne. La France, pour sa part, a élaboré un plan d’action national sur la parité : " la Charte pour l’égalité ". Cette Charte rend en compte la résolution 1325. Lors de sa révision, en 2007, nous nous engageons à faire de la mise en œuvre de la résolution 1325 un volet spécifique et détaillé de l’action du gouvernement.

- seconde piste : appuyer les efforts du Secrétaire-général pour une mise en œuvre de la résolution à travers l’ensemble du système des Nations unies. Je félicite Mme Mayanja pour le plan d’action qu’elle a élaboré et je l’assure du plein appui de la France à son action. Ce plan est un point de départ. Les actions et engagements qui y sont recensés devront faire l’objet d’un suivi régulier à tous les niveaux, et notamment au Conseil dans un an comme le prévoit la déclaration présidentielle que nous adopterons tout à l’heure.

- troisième piste : exercer une vigilance plus aiguisée, au fil de l’agenda du Conseil. Les propositions que j’avais faites l’année dernière restent d’actualité. Il s’agit d’avoir le " réflexe 1325 " dans le travail quotidien du Conseil. Ainsi, une mission du Conseil, sous Présidence française, se rendra dans les Grands lacs du 4 au 11 novembre prochain. Nous veillerons à ce qu’elle permette aux membres du Conseil de dialoguer avec les ONG locales qui participent au suivi sur le terrain de la résolution 1325. Nous serons également particulièrement attentifs à la façon dont sont mises en œuvre les directives pour lutter contre les abus sexuels dans les OMP.

- quatrième piste : profiter de la réforme institutionnelle en cours pour faire avancer " l’agenda 1325 ".

La plupart des intervenants ont mentionné et mentionneront sous cette rubrique la Commission de consolidation de la paix. Je suis d’accord avec eux : cet organe aura un rôle crucial à jouer pour accélérer la mise en œuvre de la résolution 1325. Le discours de l’Union européenne développe nos idées sur ce point.

Cependant, n’oublions pas qu’un autre organe aura un rôle clé à jouer à cet égard : le Conseil des droits de l’Homme.

En effet, le Conseil des droits de l’Homme devrait pouvoir se saisir de toute situation dans laquelle, par exemple, les femmes sont particulièrement visées. Il pourra le faire tout au long de l’année. Il pourra ainsi réagir aux urgences et assurer un suivi régulier de ses décisions, y compris en formulant si nécessaire des recommandations à d’autres organes des Nations unies.

Le Conseil des droits de l’Homme pourra aussi guider les opérations d’assistance technique menées par le Haut Commissariat aux droits de l’homme. Il devra alors s’assurer qu’elles ne négligent pas les besoins spécifiques des femmes et qu’elles prennent en considération les compétences qu’apportent sur le terrain les ONG spécialisées.

Enfin, il est important aussi de souligner que l’endossement lors du Sommet de septembre du concept de responsabilité de protéger est un développement majeur pour la mise en œuvre de la résolution 1325.

Monsieur le Président,

J’ai écouté avec beaucoup d’attention les interventions de M. Guéhenno, Mme Mayanja, Mme Heyzer et Mmes Noori et Dandi. Nous avons également à l’esprit ce que nous ont dit les ONG lors de la réunion en format " Arria " avant-hier. Je les remercie de leur contribution.

A tous, je veux vous dire que vous pouvez compter sur la France pour développer le " réflexe 1325 " dans toutes les instances dans lesquelles nous sommes présents, actuelles ou en voie de création.

Je vous remercie./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU