Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

15 novembre 2004 - Côte d’Ivoire - Adoption de la résolution 1572 - Explication de vote de la France : Intervention de M. Jean-Marc de la Sablière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président,

La résolution que le Conseil vient d’approuver à l’unanimité poursuit un objectif essentiel : favoriser la solution politique que le Conseil a endossé et qu’il a toujours soutenu, l’application par toutes les parties ivoiriennes de l’accord de Linas-Marcoussis et la mise en œuvre de tous les engagements pris à Accra en juillet dernier.

Le Conseil n’a jamais cessé de le répéter. Il n’y a pas de solution militaire à la crise en Côte d’Ivoire. Il n’y a qu’une solution politique, celle fixée à Linas-Marcoussis et précisée à Accra.

Et voilà des mois que nous constatons, en le déplorant, le blocage de la situation dû au refus de toutes les parties ivoiriennes d’appliquer leurs propres engagements. Les textes de lois essentiels définis à Linas-Marcoussis n’ont pas été adoptés. Les conditions d’éligibilité à la présidence de la République n’ont pas été révisées. Le processus de désarmement n’a pas été engagé.

Ces blocages sont inacceptables.

Je tiens également à rappeler que notre Conseil, lorsqu’il s’était rendu à Abidjan en juin dernier, a solennellement, et avec une grande fermeté, rappelé ses déclarations des mois d’avril et de mai. Il devait agir aujourd’hui, au moment où la Côte d’Ivoire connaît la situation que l’on sait. Il devait agir en adoptant un embargo immédiat sur les armes et en décidant d’un mécanisme de sanctions individuelles si le 15 décembre les engagements pris par les parties ivoiriennes n’ont pas été mises en œuvre.

En adoptant cette résolution, le Conseil démontre aujourd’hui qu’il entend soutenir les initiatives de la CEDEAO et de l’Union africaine, en mettant derrière les initiatives africaines tout le poids de la communauté internationale.

Monsieur le Président,

Je le redis, la relance de ce processus de réconciliation nationale est notre objectif à tous.

La France est engagée en Côte d’Ivoire pour aider tous les Ivoiriens. Elle est convaincue qu’il faut que le pays aille vers les élections en octobre 2005. Cela suppose que toutes les conditions fixées à Linas-Marcoussis soient réunies.

Nous travaillons tous en ce sens.

Je vous remercie.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU