Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

27 août 1999 - Afghanistan : Intervention de M. Yves Doutriaux, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies

Je voulais d’abord vous remercier, Monsieur le Président, pour cette excellente initiative. On parle beaucoup parmi les Membres des Nations Unies du manque de transparence des travaux du Conseil de sécurité. Je crois que vous avez pris aujourd’hui une excellente initiative qui va dans le sens de la transpa-rence, et nous avons particulièrement apprécié d’avoir entendu un rapport oral de Sir Kieran sur une situation de crise, qui est la situation de l’Afghanistan, dans cette salle officielle du Conseil de sécurité et avec la présence des Etats Membres qui le souhaitaient. Ceci est une étape importante pour une plus grande transparence des travaux du Conseil de sécurité. Encore une fois, merci Monsieur le Président.

Je voulais également vous demander, Monsieur le Président, de bien vouloir transmettre nos voeux de prompt rétablissement à l’Ambassadeur Brahimi, dont nous regret-tons l’absence parmi nous aujourd’hui.

Je voulais également remercier le Secrétaire général adjoint, Sir Kieran Prendergast, pour la présentation qu’il nous a faite sur les derniers développements de la situation en Afghanistan. Nous saluons la présence du Vice-Ministre des affaires étrangères de l’Afghanistan et nous le remer-cions des informations qu’il nous a données sur la situation de son pays.

La situation intérieure en Afghanistan n’a connu aucune évolution positive. La situation de ce pays, au contraire, a subi une nette dégradation au cours des derniè-res semaines à la suite de la nouvelle offensive menée au Nord.

La France est particulièrement préoccupée de ces développements qui vont une fois encore à l’encontre d’un règlement du conflit par des voies pacifiques, au mépris de la Déclaration de Tachkent du 19 juillet dernier, et qui aggravent la profonde détresse des populations civiles.

Nous condamnons la reprise des hostilités, déplorons vivement l’échec des différentes tentatives de conciliation entre les parties, nous constatons que le refus des Taliban d’engager un dialogue constructif avec le Front uni constitue un obstacle majeur à la mise en oeuvre d’une solution pacifique.

Nous sommes préoccupés des souffrances supplémentaires occasionnées par la reprise des combats aux populations civiles, dont la situation humanitaire se dégrade de manière alarmante. Nous condamnons la poursuite des mesures attentatoires aux droits de l’homme consacrés par la Déclaration universelle des droits de l’homme, notamment à l’encontre des femmes et des jeunes filles. Nous condamnons particulièrement les opérations menées à l’encontre de certains groupes ethniques ou religieux d’Afghanistan et nous sommes profondément troublés par les déportations de civils organisées ces dernières semaines dans la plaine du Shomali.

La France soutient les efforts déployés par la Mission spéciale des Nations Unies en Afghanistan et de l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le rétablisse-ment de la paix, de la souveraineté et de l’intégrité de l’Afghanistan.

Nous réaffirmons notre attachement aux principes fondamentaux d’un règlement du conflit afghan posés par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1214 (1998). Nous réaffirmons également le rôle central que doit jouer l’ONU dans l’établissement d’un processus de règlement du conflit afghan. Nous soutenons toutes les tentatives visant à favori-ser une solution pacifique.

Nous ne pouvons qu’exiger une nouvelle fois des différentes factions afghanes qu’elles cessent d’héberger et d’entraîner des organisations terroristes et qu’elles fassent cesser la production et le trafic de drogues illicites.

Nous demandons instamment aux différentes factions afghanes et particulièrement aux Taliban de cesser immédiatement les atteintes répétées aux principes énoncés par la Déclaration universelle des droits de l’homme et le droit international humanitaire.

Nous demandons instamment que cessent immédiate-ment toutes les ingérences étrangères dans le conflit afghan, et notamment l’envoi avéré d’armes et de volontaires aux côtés des factions en présence.

La délégation française appelle de ses voeux la pour-suite par les Nations Unies de toutes les initiatives propres à restaurer la paix et la stabilité en Afghanistan.

Sir Kieran s’est interrogé sur l’avenir des initiatives du groupe "six plus deux". Nous faisons écho à cet appel, à cette interrogation et mon pays, pour sa part, est ouvert à toute réflexion en ce sens.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU