Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

27 mars 2003 - Irak : Intervention de M. Jean-Marc de La Sablière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président,

La France regrette que l’action militaire ait été engagée en Iraq sans l’aval des Nations Unies. Jusqu’au bout, en concertation avec les membres du Conseil de sécurité, les pays de la région et l’ensemble de la communauté internationale, la France s’est efforcée de convaincre que le désarmement de l’Iraq pouvait être obtenu par la voie pacifique des inspections. Nous demeurons persuadés que cette voie était à la fois juste et viable. Ces efforts n’ont malheureusement pas abouti. Ce conflit sera lourd de conséquences pour l’avenir.

Notre principale préoccupation aujourd’hui est le sort des populations civiles en Iraq. C’est pourquoi nous souhaitons que ces opérations militaires soient les plus rapides et les moins meurtrières possible, et qu’une issue rapide du conflit épargne aux populations civiles d’Iraq des épreuves supplémentaires. Nous enjoignons les belligérants à tout mettre en oeuvre pour que les vies humaines soient épargnées. Ils doivent respecter scrupuleusement les règles que leur impose le droit international humanitaire, en particulier les Conventions de Genève.

La France se tient prête à répondre aux besoins humanitaires des populations iraquiennes, en appui des efforts des Nations Unies et de l’Union européenne. La communauté internationale doit se mobiliser. Nous rappelons toutefois que la responsabilité principale de venir en aide et de pourvoir aux besoins essentiels des populations civiles incombe en vertu du droit international humanitaire aux forces d’occupation dans les zones qu’elles contrôlent. C’est dans ce cadre que le Conseil de sécurité doit aboutir rapidement à l’adoption d’une résolution destinée à mobiliser les efforts pour soulager dans l’urgence la situation humanitaire des populations iraquiennes, notamment par la reprise du programme ’’ pétrole contre nourriture ’’.

Monsieur le Président,

La France rappelle son attachement à la souveraineté, à l’unité et à l’intégrité territoriale de l’Iraq. Ces principes sont consacrés par la Charte et ont été rappelés par la résolution 687 et les résolutions suivantes. Ils doivent être pleinement respectés. Dans cet esprit, nous appelons les pays de la région à s’abstenir de toute initiative qui aggraverait plus encore la situation. La souveraineté de l’Iraq appartient aux Iraquiens. Les Iraquiens doivent rester maître du destin de leur pays. Ces principes doivent d’ores et déjà être pris en compte pour faciliter un règlement de la crise respectueux du cadre qu’ils définissent.

Le rétablissement d’une paix durable ne pourra être assurée que dans un cadre collectif, au centre duquel devront se trouver les Nations Unies. Aussitôt que la situation le permettra, les Nations Unies devront ainsi être mises en mesure d’exercer toutes leurs responsabilités, dans le strict respect de leur indépendance. Elles devront vérifier le désarmement de l’Iraq comme le prévoient les résolutions en vigueur. Elles devront aider le peuple iraquien à retrouver la maîtrise de son destin et à choisir son avenir.

Fidèle à ses principes, la France continuera d’agir pour que les crises qui menacent la paix et la sécurité internationales trouvent des solutions justes dans l’action collective, c’est-à-dire dans le cadre des Nations Unies.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU