Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

31 août 2006 - Soudan - Adoption de la résolution 1706 / Explication du vote de la France - Intervention de M. Jean-Pierre Lacroix, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies

Intervention de M. Jean-Pierre Lacroix, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies

Monsieur le Président,

Ma délégation se réjouit de l’adoption de cette résolution. Notre Conseil se devait en effet de répondre à la demande que lui a adressée l’Union africaine, et à l’urgence de la situation dans le Darfour.

Cette situation, sur les plans sécuritaire et humanitaire, est en effet très préoccupante.

On a constaté au cours des derniers mois la poursuite et même l’accroissement des violences. Les premières victimes en sont les civils. Un grand nombre d’entre eux sont la cible directe d’exactions. Plusieurs millions dépendent de l’assistance internationale pour leur subsistance.

Or, les conditions de sécurité dans lesquelles l’aide humanitaire est délivrée ne cessent de se dégrader. L’accès aux personnes ayant besoin d’assistance est en recul, et si la détérioration de la situation sécuritaire se poursuit, c’est une large partie des opérations humanitaires dans le Darfour qui se trouvera menacée.

L’Accord d’Abuja, dont la signature a constitué un pas significatif vers le retour à la paix, est fragilisé par le refus de plusieurs mouvements de s’y rallier et par la poursuite des violences.

La mission de l’Union africaine, la MUAS, opère donc dans des conditions particulièrement difficiles. Elle a essuyé encore récemment des pertes humaines. Cet engagement résolu de l’Union africaine au service de la paix dans le Darfour mérite notre plein soutien.

Monsieur le Président,

Le texte que nous venons d’adopter confirme l’engagement des Nations unies à contribuer au retour à la paix dans le Darfour.

Il prévoit en effet un effort remarquable de la part des Nations unies, dont les activités de maintien de la paix atteignent aujourd’hui un niveau sans précédent. C’est un défi pour l’Organisation et il nous appartiendra à tous, collectivement, d’en assurer le succès.

Cela nécessitera la poursuite de la concertation avec les autorités soudanaises, dont la coopération sera essentielle pour le déploiement de l’opération dans le Darfour et l’accomplissement de sa mission. Les Nations unies n’ont, bien entendu, aucun autre but que d’apporter leur aide à l’un de leurs membres, le Soudan.

Il faudra également poursuivre la coopération remarquable qui s’est nouée entre l’Union africaine et les Nations unies, tant sur le plan politique que s’agissant de la présence sur le terrain. L’opération des Nations unies dans le Darfour aura, comme le prévoit la résolution, "un caractère africain marqué et une forte participation africaine".

Il sera important, enfin, de continuer à traiter la crise du Darfour dans sa dimension régionale. Nous avons vu en effet au cours des derniers mois les répercussions qu’elle pouvait avoir sur la stabilité des pays voisins, le Tchad et la République centrafricaine.

Sur tous ces points, la résolution que nous venons d’adopter contient des orientations claires, ce dont ma délégation se réjouit. Cet esprit de coopération qui a prévalu à l’élaboration de ce texte devra également guider sa mise en œuvre.

Je vous remercie./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU