Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

4 décembre 2003 - Burundi : Intervention de M. Jean-Marc de La Sablière, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Je tiens à saluer la présence parmi nous du Vice-Président ZUMA. C’est pour nous l’occasion d’adresser aux autorités sud-africaines, notamment au Président MBEKI, nos plus sincères félicitations pour les efforts remarquables qu’elles ont accompli pour que le Burundi retrouve enfin la voie de la paix et de la stabilité. Ces efforts sont venus couronner ceux des chefs d’Etat de l’Ouganda et de la Tanzanie et de tous les autres acteurs de l’initiative régionale pour le Burundi.

La France se félicite des accords du 2 et du 8 novembre dernier. Mais des efforts restent encore à accomplir. Je pense naturellement aux Forces Nationales de Libération qui n’ont toujours pas rejoint le processus de paix en cours.

A cet égard, je relève les efforts entrepris par le Vice-Président ZUMA comme il vient de nous l’indiquer. Je note en particulier la note optimiste de ses propos. Mais il conviendra de poursuivre ces efforts car le chemin reste difficile.

La paix et la stabilité au Burundi dépendront aussi de l’amélioration de la situation économique et sociale dans ce pays. La communauté internationale ne doit pas ménager ses efforts en ce domaine. A cet égard, il est essentiel que l’ECOSOC, dont je salue le Président du groupe consultatif sur le Burundi, puisse jouer tout son rôle, en particulier en vue de la conférence des donateurs prévue à Bruxelles les 14 et 15 janvier.

Le processus de paix au Burundi doit encore être consolidé. La France est favorable, dans son principe, à la perspective d’une opération de maintien de la paix au Burundi. Il apparaît nécessaire, au Burundi comme ailleurs, de relayer et de consolider les efforts régionaux et d’assurer une cohérence régionale de l’action des Nations Unies. Mais dans l’immédiat, il est essentiel que la communauté internationale puisse apporter tout son appui aux efforts de l’Union africaine. L’Union européenne, pour sa part, s’est mise en mesure de soutenir l’action de l’organisation africaine au Burundi en lui attribuant une aide de 25 millions d’euros./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU