Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

6 juin 1998 - La responsabilité du Conseil de sécurité en ce qui concerne le maintien de la paix et de la sécurité internationales : Intervention de M. Alain Dejammet, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

(Résolution 1172 (1998))

Les essais nucléaires réalisés par l’Inde, les 11 et 13 mai et par le Pakistan, les 28 et 30 mai ainsi que la tension en Asie du Sud ont suscité dans le monde une grave préoccupation.

La France a déploré et condamné ces essais qui vont à contre-courant des efforts mondiaux contre la prolifération nucléaire et de la très large adhésion internationale au Traité d’interdiction complète des essais nucléaires.

Les Ministres des affaires étrangères de la Chine, de la Russie, du Royaume-Uni, des Etats-Unis et de la France se sont réunis, le 4 juin, à Genève. Dans un communiqué conjoint, ils ont présenté des propositions concrètes et tracé des perspectives que le Conseil va entériner en adoptant le projet de résolution.

Face à la situation en Asie du Sud, la France estime qu’il est prioritaire de maintenir et de renforcer le régime de non-prolifération tel qu’il a été instauré par le Traité de non-prolifération (TNP). La France réaffirme son attachement à la mise en oeuvre des décisions et de la résolution adoptées par la Conférence d’examen et de prorogation du Traité de non-prolifération de 1995.

Nous appelons l’Inde et le Pakistan, ainsi que les autres Etats qui ne l’ont pas encore fait, à adhérer au Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, sans délai et sans conditions. Notre objectif continue d’être l’adhésion de tous les pays, y compris l’Inde et le Pakistan, au Traité de non-prolifération tel qu’il est et sans modification.

Nous appelons l’Inde et le Pakistan à participer à la négociation d’un traité d’interdiction de la production de matières fissiles à des fins d’armements nucléaires, à la Conférence du désarmement, sur la base du mandat agréé. Nous prenons note de l’écho donné à nos demandes par ces deux grands pays.

Nous ne pouvons pas sous-estimer la dimension régionale de la tension en Asie du Sud. Les différends entre les deux pays, notamment le Cachemire, sont à la source des problèmes d’aujourd’hui. Il est fondamental de rechercher activement une solution à ces problèmes par un dialogue direct bilatéral, ainsi que par la mise sur pied de mesures de confiance. Afin d’assurer la paix, la sécurité et la stabilité dans la région, notre devoir est d’encourager l’Inde et le Pakistan à faire ce choix.

Pour atteindre l’ensemble de ces objectifs, il nous paraît souhaitable de continuer à privilégier le dialogue et la coopération avec l’Inde et le Pakistan, et d’éviter des mesures coercitives. Mais ces deux pays doivent aussi faire preuve de retenue et démontrer, par des actes conformes aux demandes du Conseil de sécurité, leur volonté de s’engager dans cette voie.

C’est dans cet esprit que la délégation française votera en faveur du projet de résolution.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU