Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

8 mai 1999 - Kosovo : Intervention de M. Alain Dejammet, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Avant tout, la délégation française souhaite exprimer sa sympathie attristée à la délégation chinoise et elle présente ses condoléances aux familles des victimes et aux autorités de la République populaire de Chine. Elle s’associe aux regrets exprimés à propos de l’événement tragique dont l’ambassade de Chine et son personnel à Belgrade ont été victimes. Cet événement fait actuellement même l’objet d’une enquête de la part des autorités de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord.

La France est engagée dans une action menée avec ses alliés, action qui vise à mettre fin aux agissements intolérables des autorités de la République fédérale de Yougoslavie, à une politique de déportation qui a rendu nécessaire et légitime d’appliquer les mesures les plus sévères, y compris des actions militaires.

En même temps, la France, qui soutient — comme tous les membres de l’Union européenne — l’initiative du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, en date du 9 avril 1999, travaille avec ses partenaires russes, américains, anglais, canadiens, italiens, allemands et japonais à l’élaboration d’une solution politique. La réunion des ministres des affaires étrangères de ces huit pays, qui a eu lieu le 6 mai — avant-hier — a permis d’adopter des principes généraux pour une solution politique au Kosovo.

Ces principes sont les suivants : cessation immédiate et vérifiable de la violence et de la répression au Kosovo, retrait du Kosovo des forces militaires, de police et paramilitaires, déploiement au Kosovo d’une présence internationale effective civile et de sécurité, endossé et adopté par les Nations Unies, capable de garantir la réalisation des objectifs communs, mise en place d’une administration provisoire pour le Kosovo sur décision du Conseil de sécurité des Nations Unies pour garantir les conditions permettant à tous les habitants du Kosovo de vivre en paix une existence normale, liberté et sécurité du retour de tous les réfugiés, personnes déplacées et accès sans entrave au Kosovo des organisations d’aide humanitaire, processus politique menant à la mise en place d’un accord-cadre politique intérimaire comportant une autonomie substantielle pour le Kosovo qui devra prendre pleinement en compte les accords de Rambouillet et les principes de souveraineté et d’intégrité territoriale de la République fédérale de Yougoslavie et des autres pays de la région, et de la démilitarisation de l’Armée de libération du Kosovo, approche enfin globale du développement économique et de la stabilisation de la région.

J’ai cité ces principes parce que notre volonté est d’aboutir à l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité en vertu du Chapitre VII, qui endossera et adoptera ces principes de règlement et qui permettra enfin, nous l’espérons, de rétablir la paix et la stabilité dans cette région en crise.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU