Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

9 juillet 2008 - Conseil de sécurité - Afghanistan - Intervention de S.E. M. Jean-Maurice Ripert, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Intervention de S.E. M. Jean-Maurice Ripert

Débat du Conseil de sécurité sur l’Afghanistan Rapport spécial du Secrétaire général sur l’adaptation de la configuration de la MANUA New York, le 9 juillet 2008 Intervention de S.E. M. Jean-Maurice Ripert


Monsieur le Président,


J’ai l’honneur de prendre également la parole au nom de l’Union européenne et des pays qui ont souscrit à cette déclaration.


Je souhaite vous remercier, Monsieur le Président pour la tenue de ce débat, ainsi que MM. Eide et Holmes pour leurs exposés. Je salue également la présence des Ministres des affaires étrangères de l’Afghanistan et du Pakistan.


Monsieur le Président,


L’Union européenne salue la tenue de la Conférence internationale de soutien à l’Afghanistan le 12 juin dernier à Paris. Je voudrais réaffirmer ici l’adhésion pleine et entière de l’Union européenne à la déclaration finale publiée sous les auspices des Présidents français et afghan et du Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-moon.


L’Union européenne salue l’identification de priorités par le rapport du Secrétaire général et rappelle à cet égard les messages politiques essentiels qui ont été articulés à Paris, parmi lesquels :


D’abord, le renforcement de la démocratie à travers des institutions afghanes compétentes, transparentes et représentatives. De ce point de vue, l’Union européenne souligne l’importance de la préparation des élections de 2009 et de 2010.


Ensuite, le soutien de la communauté internationale à la stratégie nationale de développement de l’Afghanistan (ANDS) et à l’encadrement que le Pacte pour l’Afghanistan (" Afghanistan Compact ") continue à donner aux actions du gouvernement afghan et de la communauté internationale, en son soutien. Environ vingt milliards de dollars ont été promis pour financer la mise en œuvre de cette stratégie nationale. L’accent a été mis, dans ce contexte, sur l’importance de l’amélioration de l’efficacité de l’aide pour qu’elle profite concrètement aux Afghans. C’est un aspect essentiel.


La déclaration de Paris place également au rang des priorités le renforcement de la présence du gouvernement afghan dans les provinces, la lutte contre la corruption et la sauvegarde des acquis démocratiques tels que la liberté d’expression, le respect des droits de l’homme en Afghanistan, y compris la promotion de la parité entre hommes et femmes ;


Enfin, je tiens à souligner devant ce Conseil les engagements pris par les autorités afghanes lors de la conférence en matière de lutte contre la drogue, question sur laquelle le Conseil n’est pas resté inactif avec l’adoption de la résolution 1817 sur le contrôle des précurseurs de l’héroïne, laquelle a été co-parrainée notamment par l’Afghanistan. Il est nécessaire maintenant de travailler à la mise en œuvre de ses dispositions, par l’Afghanistan, mais aussi par les pays voisins, les pays de transit et les pays producteurs.


Monsieur le Président,


L’Afghanistan est une priorité pour la France et pour l’Union Européenne. C’est vrai de ses Etats membres, engagés dans la Force Internationale d’Assistance à la Sécurité ou les missions civiles. Ca l’est également de la Commission européenne, qui a déjà consacré 3,7 milliards d’euros à la reconstruction de l’Afghanistan depuis 2002 et prévoit, dans sa stratégie d’assistance pour 2007-2013, un engagement de 610 millions d’euros jusqu’en 2010. L’engagement de l’Union européenne se traduit enfin par la mission de police EUPOL, qui vient de passer sa première année d’activité et compte à ce stade 170 personnels internationaux, répartis à Kaboul, ainsi que dans le Nord, l’Ouest et le Sud et couvrant 14 provinces afghanes. L’Union européenne a décidé de doubler les effectifs de cette mission.


La Conférence de Paris a traduit l’expression d’une responsabilité partagée par la communauté internationale et les autorités afghanes afin de renforcer l’efficacité et la qualité de l’aide. Chaque Afghan doit avoir accès dans sa vie quotidienne au bénéfice de l’aide apportée. D’un côté, la communauté internationale doit apporter une aide plus cohérente et coordonnée notamment grâce au rôle accru de coordination du Représentant spécial du Secrétaire général et de la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), qui bénéficie davantage au budget national afghan et mobilise les ressources humaines afghanes. De l’autre, le gouvernement afghan s’est engagé à amplifier les réformes pour que les structures gouvernementales soient transparentes et qu’elles rendent des comptes.


Monsieur le Président,


Après avoir entendu M. Holmes et Eide, j’aimerais enfin rappeler l’importance qui s’attache au renforcement de la sécurité, qui est une des premières priorités des Afghans. A cet égard, l’Union européenne exprime sa grave inquiétude face à l’augmentation sans précédent des actes de violence perpétrés par les insurgés. Je veux réaffirmer avec force que l’Union européenne condamne avec la plus grande fermeté les attaques terroristes contre les civils - telle que l’attaque contre l’Ambassade indienne, que notre Conseil a condamnée - mais aussi les attaques contre les personnels et les convois humanitaires, qui privent les populations de l’aide d’urgence dont elles ont besoin.

L’UE réaffirme son attachement à la préservation de l’espace humanitaire et rappelle à toutes les parties qu’elles doivent assurer la protection des populations civiles et respecter l’ensemble de leurs obligations au regard du droit international, notamment du droit international humanitaire.


Pour conclure, je voudrais remercier encore le Secrétaire général pour son rapport et son représentant spécial, M. Kai Eide, pour son exposé. Tous deux formulent d’importantes recommandations sur l’avenir de la MANUA et l’adaptation de sa configuration aux conclusions de la Conférence de Paris. Le Secrétaire général et son représentant spécial peuvent compter sur le soutien de l’Union européenne dans la traduction opérationnelle de ces recommandations.

Je vous remercie./.


Security Council Debate on Afganistan


Special Report of the Secretary-General on the adaptation of the configuration of UNAMA


New York, July 9, 2008


Statement by H.E. Mr Jean-Maurice Ripert


Mr President,


I have the honour also to speak on behalf of the European Union (EU) and those countries that have aligned themselves with this statement.


I wish to thank you, Mr. President for holding this debate, and also thank Mr Eide and Mr Holmes for their briefings. I also welcome the participation of the Foreign Ministers of Afghanistan and Pakistan.


Mr President,


The European Union welcomes the International Conference for support to Afghanistan held last June 12 in Paris. Let me reiterate here the continued full commitment of the European Union to the final declaration published under the auspices of three co-chairmen, President Nicolas Sarkozy, President Hamid Karzai and UN Secretary-General, M . Ban Ki-moon.


The European Union welcomes the identification of priorities in the report of the Secretary-General and recalls in this regard the key political messages that were announced in Paris, including :


First, strengthening democracy through competent, transparent and representative Afghan institutions. From this viewpoint, the European Union underlines the importance of preparation for the elections in 2009 and 2010.


Then the support of the international community to the national development strategy of Afghanistan (ANDS) and the leadership that the " Afghanistan Compact " continues to give to the actions of the Afghan government and the international community in its support. Some twenty billion dollars were pledged to finance the implementation of this national strategy. Emphasis has been placed in this context on the importance of improving aid effectiveness so that it specifically benefits the Afghans. It is an essential aspect.


The Paris Declaration also prioritizes strengthening the presence of the Afghan government in provinces, fighting corruption and safeguarding democratic achievements such as freedom of expression, respect for human rights in Afghanistan, including the promotion of gender equality.


Finally, I want to underline before this Council the commitments made by Afghan authorities at the conference on the fight against drugs, an issue on which the Council has not remained idle with the adoption of resolution 1817 on control of precursors of heroin, which was co-sponsored by Afghanistan in particular. It is now necessary to work towards the implementation of its provisions, by Afghanistan, but also by neighbouring countries, transit countries and producer countries.


Mr President,


Afghanistan is a priority for France and the European Union. This is true of its member states engaged in ISAF or civilian missions. It is also true of the European Commission, which has already spent 3.7 billion euros to the reconstruction of Afghanistan since 2002 and provides, in its assistance strategy for 2007-2013, a commitment of 610 million Euros until 2010. The European Union’s commitment is reflected finally by the police mission EUPOL, which has just passed its first year of operation and at this stage comprises 170 international personnel, distributed in Kabul and in the North, West and South and covering 14 provinces of Afghanistan. The Union has decided to double the size of the mission.


The Paris conference has brought an expression of shared responsibility by the international community and Afghan authorities to strengthen the efficiency and quality of aid. Every Afghan should have access in their daily lives to the benefit of aid. On the one hand, the international community must provide more coherent and coordinated assistance, including through an increased coordination role for the Special Representative of the Secretary-General and the UNAMA. This assistance should be chanelled increasingly through the national afghan budget and mobilize human resources from Afghanistan. On the other hand, the Afghan government has pledged to expand reforms to make government structures accountable and transparent.


Mr President,


I finally recall the importance of strengthening security, which is one of the top priorities of Afghans. In this regard, and after hearing Mr. Holmes just now, I recall that the European Union condemns in the strongest terms the terrorist attacks against civilians and against personnel and humanitarian convoys, which deprive people of relief that they need. The EU reaffirms its commitment to the preservation of humanitarian space. The EU reaffirms its commitment to preserving the humanitarian space and reminds all parties that they must ensure the protection of civilian populations and respect all their obligations under international law, including international humanitarian law.


To conclude, I wish to thank again the Secretary-General for his report and his Special Representative, Mr. Kai Eide, for his presentation. Both formulate important recommendations on the future of UNAMA and adapting its configuration with the conclusions of the Paris Conference. The Secretary-General and his Special Representative, Mr. Eide, can count on the support of the European Union in the operational translation of these recommendations.


Thank you. /.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU