Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

12 mai 2011 - Conseil de sécurité - MINUK/Kosovo - Intervention de M Gérard Araud, président du Conseil de sécurité

Je remercie pour leur présence et pour leurs interventions, M. Vuk Jeremic, ministre des Affaires étrangères de Serbie, et M. Enver Hoxha, ministre des Affaires étrangères du Kosovo. Je salue également M. Lamberto Zannier, représentant spécial du Secrétaire général, et l’action qu’il mène au Kosovo, avec l’ensemble des membres de sa mission.

Je soulignerai trois points :

Un effort particulier doit être fait pour renforcer les institutions et accentuer la lutte contre la corruption et la criminalité organisée. Comme l’a rappelé M. Zannier, le Kosovo est doté d’un gouvernement qui doit relever ces défis. Il faut l’y aider.

C’est pourquoi la France se tient aux côtés du Kosovo, comme de tous les Etats de la région, pour l’aider à se rapprocher des standards européens, notamment en matière d’Etat de droit. Nous apportons tout notre soutien à la mission EULEX qui accomplit un travail remarquable.

Deuxième point. Le dialogue entre la Serbie et le Kosovo sous les auspices de l’Union européenne a une importance cruciale. Plusieurs réunions se sont déjà tenues, des sujets concrets y sont discutés. Nous souhaitons que ces discussions, outre les bénéfices dans la vie quotidienne qu’elles peuvent apporter aux populations, renforcent la confiance entre les parties. Il appartient aux deux Etats de faire preuve d’esprit de compromis et de créativité. Les Nations unies sont régulièrement informées et seront invitées à participer lorsque cela sera nécessaire.

Enfin, réconciliation et justice vont de pair. C’est la logique du projet européen. A cet égard, nous prenons au sérieux les allégations contenues dans le rapport de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe rendu public fin 2010. Elles doivent faire l’objet d’enquêtes méthodiques et sereines. La mission EULEX a ouvert une enquête préliminaire dès la fin janvier, pour faire la lumière sur ces allégations. L’équipe d’enquêteurs qui a été mise en place a eu plusieurs entretiens en dehors du Kosovo, en Albanie et en Serbie. Les autorités albanaises se sont engagées à apporter leur coopération. EULEX dispose d’une Unité opérationnelle dédiée à la protection des témoins, respectant les standards européens et susceptible d’être renforcée. Une enquête internationale et impartiale est donc en cours. Nous appelons tous les Etats concernés à coopérer avec la mission EULEX.

La France continuera d’apporter son soutien au processus de rapprochement européen du Kosovo et de l’ensemble des Balkans occidentaux.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU