Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

16 décembre 2010 - Conseil de sécurité - Soudan - Intervention de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

Madame le Président,

Je voudrais tout d’abord remercier vivement M. Le Roy, le Président Mkapa, le Ministre des affaires humanitaires du Soudan, M. Mutrif Saddig, et le Secrétaire général du SPLM, M. Pagan Amum, pour leur présence et pour leur présentation.

A quelques semaines du référendum, tout doit désormais être mis en œuvre pour que le scrutin puisse avoir lieu à la date prévue. Les autorités de Khartoum et de Djouba, la commission référendaire et toutes parties prenantes doivent fournir tous les efforts possibles pour que cette étape fondamentale de la mise en œuvre du CPA puisse être réalisée.

La quiétude des préparatifs doit être assurée. Nous nous félicitons à cet égard de l’engagement pris par les parties le 15 novembre dernier de ne plus recourir à la violence pour régler leurs différends. Les bombardements effectués par le gouvernement du Soudan ces derniers jours à la frontière des Etats du Bahr-El-Gazal et du Sud-Darfour, qui ont causé des déplacements de populations civiles, sont cependant préoccupants. Nous appelons les parties à maintenir la confiance entre elles et à cesser immédiatement ces violences.

S’agissant du déroulement du scrutin, il devra être juste et transparent. Le déploiement au Soudan de plusieurs missions d’observations électorales, notamment de l’Union européenne, permettra de disposer d’indicateurs sur les conditions de déroulement du référendum. Il reviendra au panel d’observation conduit par le Président Mkapa, dont je veux saluer ici le travail, d’offrir à la communauté internationale un point de vue consolidé du déroulement général du référendum. Nous avons pris note de la déclaration encourageante du panel lors de la clôture de la période d’enregistrement. Nous avons toutefois également noté les préoccupations du panel en ce qui concerne les " comités populaires ", au Nord, qui ont apparemment dissuadé certains électeurs potentiels. Nous suivrons avec beaucoup d’attention les observations et conclusions à venir du panel Mkapa.

Préparer le référendum, c’est également en préparer les suites. Nous rendons à cet égard hommage aux efforts du Président Mbeki et au panel de haut niveau de l’UA pour leur conduite des discussions sur les questions d’Abyei et les sujets post-référendaires.

Nous sommes toutefois particulièrement préoccupés par l’absence d’accord à ce stade sur la question d’Abyei. Nous encourageons les parties à poursuivre leurs efforts et à faire le moment venu les concessions nécessaires afin de parvenir à un accord dès que possible.

Madame le Président,

Nous avons été informés avec beaucoup d’inquiétude de l’hospitalisation récente du Représentant spécial Haile Menkerios. Qu’il me soit permis ici de saluer une nouvelle fois son travail à la tête de la MINUS et de lui souhaiter un prompt rétablissement. Nous encourageons la MINUS à poursuivre ses efforts et nous nous félicitons qu’elle ait redéployé ses personnels pour renforcer sa présence dans les zones de tensions potentielles.

Madame le Président,

Dans le contexte actuel, nous ne devons pas oublier le Darfour. La guerre entre les forces armées soudanaises et les groupes rebelles s’y poursuit, comme en ont témoigné les combats meurtriers à Khor Abéché les 10 et 11 décembre qui ont causé le déplacement de près de 10 000 civils.

Une solution politique est indispensable. Nous devons dans ce contexte continuer d’apporter notre soutien aux efforts de la médiation conjointe à Doha. Que les deux principaux groupes rebelles se tiennent encore à l’écart de ce processus est inacceptable. Nous les appelons à rejoindre les discussions sans délai ni pré-conditions.

La MINUAD doit pour sa part poursuivre ses efforts pour protéger les civils, comme l’exige son mandat. Nous encourageons la Force à intensifier ses efforts pour renforcer sa posture et pour mettre en œuvre à tous les niveaux et dans toutes les circonstances sa stratégie de protection des civils. Des progrès sont encore possibles et nécessaires dans ce domaine. Les entraves à la liberté de circulation de la MINUAD doivent être levées.

Madame le Président,

Je souhaiterais conclure en rappelant, quelques jours après la présentation préoccupante par le Procureur Moreno-Ocampo de son rapport au Conseil de sécurité, qu’il ne pourra y avoir de paix sans justice au Darfour. Les crimes qui ont été perpétrés ne peuvent pas rester impunis. Nous appelons à cet égard à la coopération de tous les Etats avec la Cour pénale internationale, conformément à la résolution 1593 du Conseil de sécurité.

Je vous remercie./.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU