Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

22 novembre 2011 - Conseil de sécurité
Débat sur Timor Est - Intervention de M. Martin Briens, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies

Je voudrais tout d’abord remercier la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour son exposé et plus généralement pour son action. Je remercie également M. Zacarias da Costa, ministre des Affaires étrangères de Timor Est, d’avoir fait le déplacement pour participer à notre débat.

La France s’associe à la déclaration qui sera faite au nom de l’Union européenne.

Depuis notre dernière rencontre en février et l’adoption de la résolution 1969, Timor Est a progressé dans la voie de la stabilité et du retour à l’exercice de sa pleine souveraineté. Nous sommes impressionnés par la réussite du transfert des compétences exécutives de la MINUT à la Police nationale de Timor Est, achevé le 27 mars. Un deuxième motif de satisfaction est de constater que, depuis, le niveau de criminalité est resté bas.

La maturité politique montrée par les dirigeants politiques, la bonne tenue de leurs débats et la mise en place des organes électoraux permettent d’espérer que les élections présidentielle et législative de 2012 se dérouleront de façon satisfaisante et, tout aussi important, que les perdants accepteront le choix des urnes. La présence d’observateurs internationaux permettra le cas échéant de renforcer cette crédibilité. Ce sera l’occasion de montrer que la page de la crise de 2006 est définitivement tournée.

Sur le plan économique, le rapport du Secrétaire général relève à juste titre l’importance du Plan de Développement stratégique 2011-2030 qui vient d’être adopté par le Parlement.

Monsieur le Président,

Le Conseil de sécurité a, dans la résolution 1969, fixé le cap d’une réduction responsable des effectifs de la MINUT, parallèle à une reconfiguration de ses tâches vers le soutien et la formation, permettant le maintien d’une présence crédible pendant les élections puis un départ rapide qui laisserait la place à un nouveau type de présence des Nations unies.

Nous tenons à féliciter la MINUT et le gouvernement de Timor Est pour la qualité de leur Plan Conjoint de Transition préparant le départ de la MINUT. Ce document est d’ailleurs d’une grande aide pour déterminer quels domaines de coopération nous voudrions reprendre à notre compte.

Nous sommes passés de 1480 officiers déployés début janvier à 1195 fin septembre. Il est important que leur niveau lors des élections ait un caractère dissuasif et permette d’intervenir si les autorités le demandaient. Nous devons donc tenir compte de l’évolution de la situation sur le terrain, mais il est tout aussi important d’avoir une vision stratégique du rythme et de la localisation des réajustements prévus, en particulier pour la période post électorale.

Enfin, quelques mots s’agissant de la présence des Nations unies après le départ de la MINUT. Les quatre options identifiées dans le rapport du Secrétaire Général ont le mérite de montrer que plusieurs formules sont possibles. Chacune a ses mérites. L’important, c’est qu’un dialogue soit établi avec les autorités timoraises issues des élections de 2012 pour déterminer laquelle de ces options choisir.

Je vous remercie Monsieur le Président.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU