Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

9 juin 2010 - Iran - Adoption d’une nouvelle résolution de sanctions

Déclaration du Porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes et déclaration ministérielle des E3+3



Déclaration du Porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes


Le Conseil de sécurité vient d’adopter à une très large majorité la résolution 1929. Il s’agit de la quatrième résolution de sanctions contre l’Iran. Comme pour chacune des résolutions précédentes visant Téhéran, les cinq membres permanents ont voté favorablement. Elle comprend des mesures dans de nombreux domaines, parmi lesquels les transports, l’armement, les secteurs bancaire et financier.

Cette résolution souligne une nouvelle fois les profondes inquiétudes de la communauté internationale à l’endroit du programme nucléaire iranien. Ces inquiétudes ont d’ailleurs été encore confirmées par le dernier rapport de l’AIEA. Celui-ci a montré que l’Iran poursuivait ses activités d’enrichissement et ses projets liés à l’eau lourde en violation des résolutions du Conseil de sécurité et du Conseil des Gouverneurs de l’AIEA et en l’absence de toute perspective civile crédible ; il a également souligné que la coopération de l’Iran avec l’Agence restait très insuffisante, notamment sur les questions liées à la dimension militaire du programme iranien.

La résolution que vient d’adopter le Conseil de sécurité résulte également du refus de l’Iran de répondre aux nombreuses offres de dialogue et de coopération que lui ont adressées les Six (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie).

Cette attitude n’a laissé à la communauté internationale d’autre choix que de renforcer les sanctions visant l’Iran. En décidant pour la quatrième fois d’adopter des sanctions qui visent les responsables iraniens - et non le peuple - elle leur envoie un message très clair : soit l’Iran poursuit ses activités sensibles en violation du droit international et alors il devra faire face à un isolement croissant, soit il fait le choix de la coopération et accepte enfin d’engager de véritables négociations avec les Six.

Les sanctions ne sont pas une fin en soi. La résolution, et la déclaration des six ministres des Affaires étrangères prononcée à l’issue du vote, rappellent que nous souhaitons parvenir à une solution négociée, qui réponde aux besoins de l’Iran tout en rassurant la communauté internationale sur la finalité de son programme nucléaire.

La France remercie le Brésil et la Turquie pour leurs efforts dans ce sens.

La porte du dialogue reste ouverte et nous espérons que l’Iran va faire enfin le choix de la coopération.

* * *

Déclaration ministérielle des E3+3


Nous, Ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, de la Chine, des Etats-Unis, de la France, du Royaume-Uni et de la Russie, souhaitons saisir cette occasion pour réaffirmer notre détermination et notre engagement à trouver rapidement une solution négociée au dossier nucléaire iranien.

L’adoption de la résolution 1929, qui reflète l’inquiétude de la communauté internationale concernant le programme nucléaire iranien et réaffirme la nécessité pour l’Iran de se conformer aux exigences du Conseil de sécurité et du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, laisse la porte ouverte à la poursuite du dialogue entre E3+3 et l’Iran.

L’objectif de nos efforts est de parvenir à un règlement global à long terme qui rétablirait la confiance internationale dans le caractère pacifique du programme nucléaire iranien tout en respectant le droit légitime de l’Iran aux utilisations pacifiques de l’énergie atomique. Nous sommes déterminés à poursuivre notre action à cet effet. Nous nous réjouissons et nous félicitons de tous les efforts diplomatiques déployés à cet égard, notamment ceux du Brésil et de la Turquie sur la question spécifique du réacteur de recherche de Téhéran.

Nous réitérons les propositions que nous avons faites en juin 2008 et qui restent d’actualité, comme le réaffirme la résolution 1929 du Conseil de sécurité. Nous considérons que ces propositions constituent un point de départ solide pour les futures négociations. Nous sommes prêts à poursuivre le dialogue et les relations avec l’Iran dans le contexte de la mise en œuvre des points d’accord trouvés lors de la réunion de Genève du 1er octobre 2009. Nous avons demandé à Mme Ashton, Haut-Représentant de l’UE pour la politique étrangère et de sécurité, de continuer à œuvrer dans cette voie dès que possible avec M. Saïd Jalili, Secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale de l’Iran.

Nous espérons que l’Iran fera preuve de pragmatisme et que, face à notre ouverture au dialogue et à la négociation, il réagira de manière positive.




Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur l’Iran



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU