Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Côte d’Ivoire - Déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes

10 mars 2011 Retour à la table des matières


Q - Quelle est votre réaction à la décision du camp Gbagbo d’interdire à l’ONUCI et à la force Licorne le survol et l’atterrissage dans le pays, alors qu’Alassane Ouattara est parti à Addis Abbeba et doit rentrer à Abidjan ? La France prévoit-elle d’aider à la mise en place d’un dispositif pour lui permettre de rentrer en sécurité ?

La décision de Laurent Gbagbo est nulle et non avenue.

Je vous rappelle que l’ONUCI et l’opération Licorne tiennent leur mandat du Conseil de sécurité des Nations unies et notamment de la résolution 1962 qui leur garantit une totale liberté de mouvement.

Les autorités légitimes de Côte d’Ivoire ont confirmé à nouveau hier que l’ONUCI et Licorne "sont toujours autorisés à survoler et atterrir sur toute l’étendue du territoire de la République de Côte d’Ivoire".

La France exige que M. Gbagbo fasse cesser les entraves à l’action de l’ONUCI et de Licorne ainsi que les violences contre les civils.




Pour en savoir plus, consulter notre fiche Côte d’Ivoire



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU