Twitter Facebook Flickr Youtube RSS Share

Réunion du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée à la Syrie

Déclaration du Porte-Parole du Quai d’Orsay du 1er février 2012

M. Alain Juppé s’est rendu mardi 31 janvier à New York pour une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée à la Syrie.

Le ministre d’État a pris cette initiative parce que la dégradation de la situation est devenue excessivement dangereuse. L’accentuation de la répression et la colère légitime de la population civile imposent de tout mettre en œuvre pour trouver une solution rapide :

- Sourd à tous les appels, le régime de Damas s’est lancé dans une fuite en avant criminelle, en accentuant la répression et en se livrant aux pires atrocités, y compris sur des enfants ;

- À côté de la mobilisation populaire pacifique qui ne faiblit pas malgré la violence de la répression, une résistance armée s’organise, avec les prémisses d’une possible guerre civile ;

- La Ligue arabe souhaite faire endosser son plan de sortie de crise par le Conseil de sécurité ; à cette fin le Maroc a déposé vendredi 27 janvier un projet de résolution, au nom de la Ligue arabe.

Devant cette urgence, l’objectif de la France est de conforter la démarche courageuse de la Ligue arabe, de mettre face à leurs responsabilités ceux des membres du Conseil de sécurité qui y sont encore hostiles et d’adresser un signal d’espoir au peuple syrien.

M. Alain Juppé a plaidé en faveur d’une résolution qui exprime sans ambigüité le soutien du Conseil de sécurité aux propositions de la Ligue arabe : une solution politique pacifique qui satisfasse les demandes légitimes de liberté et de réforme du peuple syrien.

Les négociations vont se poursuivre aujourd’hui même à New York. Il faut qu’elles puissent aboutir rapidement.

La présence du ministre d’État au Conseil de sécurité a souligné l’engagement constant de la France depuis des mois pour obtenir que le Conseil de sécurité sorte de son silence scandaleux et condamne le régime de Bachar Al Assad.

M. Alain Juppé était à New York hier pour convaincre et la France continuera d’être engagée au nom de la liberté et contre la barbarie.

Q - Face à l’intransigeance russe sur la Syrie, quelles options et quels recours restent encore à la communauté internationale pour arrêter ce bain de sang et faire plier le régime de Bachar Al Assad ?

R - C’est parce qu’elle refuse la fatalité de l’échec que la France est mobilisée au Conseil de sécurité des Nations unies pour faire cesser la violence.

Tout notre effort se porte aujourd’hui à New York.

Vous connaissez les décisions déjà mises en œuvre avec nos partenaires de l’Union européenne pour renforcer la pression sur le régime syrien.

Vous avez noté également notre mobilisation au Conseil des droits de l’Homme à Genève pour condamner les exactions du régime de Bachar Al-Assad.

Nous sommes en concertation constante avec nos partenaires de la Ligue arabe pour les appuyer dans leurs initiatives afin de trouver une solution à la crise en Syrie.

Nous maintenons un dialogue régulier avec l’opposition syrienne pour l’encourager dans ses efforts d’unification et de construction d’une plateforme politique démocratique et inclusive.

La France est convaincue que la répression à laquelle se livre le régime de Damas est sans issue et que la mobilisation populaire en Syrie conduira à une nouvelle victoire du printemps des peuples arabes.



Bookmark and Share
Bookmark and Share
Rss
Organisation des Nations Unies Présidence de la République France Diplomatie La France à l'Office des Nations Unies à Genève Union Européenne Première réunion de l'ONU